Tendances Green Building Solutions Awards 2016 : Catégorie Energie et Climats Chauds

 tendances

L’un des rôles majeurs des GBCS Awards est de diffuser les techniques et innovations dans le monde de la construction durable. Chaque candidat est une source d’inspiration pour les professionnels. Découvrez les grandes tendances 2016 dans la catégorie Energie & Climats Chauds.

Découvrez les candidats

Les études de cas des zones « tropicales » nous ont donné une leçon de vie !

Ces études se sont démarquées non par des solutions techniques, mais par des solutions locales. En effet, de notre analyse, il ressort que la majorité des études de cas de cette catégorie ont fait appel à des produits locaux pour la conception de leur projet. Cette solution durable n’en est pas moins importante, car opter pour des produits locaux permet de contribuer à la préservation de l'environnement et au développement de l'économie locale. 

Ainsi, lorsque c’est possible, exploiter des matériaux locaux peut permettre de baisser radicalement le bilan carbone[1] d’un bâtiment en raccourcissant la distance parcourue par les produits. De plus, cet usage local contribue au développement économique de la région. Car rappelons-le, le durable est avant tout la résultante de 3 grandes démarches : Ecologique certes, mais aussi Sociale et Economique !

graphique développement durable

Mais sinon, quoi de neuf du côté technique ?

Hormis l’emploi d’ossatures en bois (Cf : Tendances Green Building Solutions Awards 2016 : Catégorie Bas Carbone), deux autres tendances ont été distinguées dans cette catégorie :

1 - La ventilation naturelle

Il existe 2 types de ventilation naturelle :

Simple

  • Ventilation traversante : des entrées d'air sont placées face au vent dominant (les sorties à l'opposé). L'organisation des pièces se doit d'être adaptée en situant les pièces de vie côté vent dominant.
  • Tirage thermique : le principe est que l'air chaud monte car il est plus léger que l'air froid. Ce dernier se réchauffe à son tour et ainsi de suite. Des entrées d'air sont souvent placées en bas des murs. Des bouches et un conduit vertical évacuent l'air par le toit. Ce mécanisme se retrouve aussi dans les maisons équipées d'une cheminée dont le foyer est ouvert.
  • Vent et tirage thermique associés : l'effet de tirage du conduit vertical est renforcé par un extracteur qui crée une dépression supplémentaire en tournant sous l'impact du vent. C'est un système de ventilation naturelle très répandu.

Système de ventilation naturelle traversante
Système de ventilation naturelle traversante du projet « Siège du parc national de la Guadeloupe »

Ce système, totalement écologique, ne nécessite aucune motorisation pour assurer son fonctionnement et donc aucun apport électrique, ni d’entretien. Il s’agit donc ici d’une solution totalement naturelle.

Par puits canadiens

Le puits canadien, également appelé puits provençal ou puits climatique, est une des formes de géothermie qui apporte une économie importante en termes de besoins de chauffage, de rafraîchissement et de ventilation, une réelle qualité de l’air dans l’habitation et se révèle très économique à l’utilisation.

Il s’agit d’un conduit enterré, au travers duquel de l’air, aspiré depuis l’extérieur, circule pour être ensuite insufflé dans l’habitat. Au cours de cette circulation, l’air échange ses calories ou frigories avec celles de la terre. L'air est capté à l'extérieur par une borne de prise d'air. Puis passe dans des tuyaux enterrés à une profondeur entre 1,5 et 3 mètres de profondeur sur une distance de 30 à 50 mètres. L'air arrive ensuite dans la maison à travers un ventilateur, à une température très agréable allant jusqu’à 20°C pour les régions où la température atmosphérique peut excéder les 30°C. Point de vigilance cependant : l'étanchéité des conduits doit être parfaite pour éviter toute infiltration, qui pourrait générerait des risques de pollution de l'air intérieur.

Principe de fonctionnement d’une ventilation naturelle par puit canadien

Principe de fonctionnement d’une ventilation naturelle par puit canadien

 

A contrario de la ventilation naturelle simple, le système par puits canadiens doit être couplée à un ventilateur. Ainsi, il consomme de l’énergie lors de sa phase utile et nécessite un entretien régulier. Cependant, cela procure malgré tout un réel confort en été, surtout dans les régions chaudes.

2 - Le solaire thermique

À l'échelle d'une habitation individuelle ou collective, il est possible d'installer un chauffe-eau solaire ou un chauffage solaire : il s'agit de capteurs vitrés installés le plus souvent sur la toiture, dans lesquels circule un liquide caloporteur réchauffé par le rayonnement solaire. Celui-ci transmettra ensuite la chaleur à un réservoir d'eau ou dans un dispositif appelé « plancher solaire direct" (plancher chauffant).

Principe de fonctionnement d’un panneau solaire thermique

Principe de fonctionnement d’un panneau solaire thermique

Un chauffe-eau solaire est ainsi composé de cinq éléments principaux :

  • Des capteurs tubulaires contenant le fluide caloporteurs, posés à l'extérieur, recevant les l’énergie des rayons du soleil.
  • Un ensemble de régulation et de circulation.
  • Le ballon de stockage (ballon solaire) d'eau sanitaire.
  • Un mitigeur thermostatique, permettant de réguler le débit et la température de l'eau sortant du ballon.
  • Une énergie d'appoint, (chaudière ou résistance électrique) intégrée ou non au ballon de stockage, permettant d'assurer le complément de production d'eau chaude lorsque la demande excède les capacités des capteurs solaires.

 Plancher chauffant

Plancher chauffant du projet « Réhabilitation d'une maison en pierre de Saint-Cast »



[1] Processus pour mesurer l'impact en émissions de gaz à effet de serre pour tout produit, service ou entité humaine.

VOTEZ POUR VOS BÂTIMENTS FAVORIS

Retrouvez également : 

 

Modéré par : Louis Pasnik

Autres actualités dans "Information"

[Dossier Quartiers Bas Carbone] #14 - Pour un renouvellement urbain du Quartier Sud de Choisy-le-Roi, sobre et décarboné

Publié le 27 janv. 2020 - 12:30

Le projet de renouvellement urbain porté par l'EPT Grand-Orly Seine Bièvre s’inscrit dans une démarche globale d’innovation s'articulant autour de trois axes : la co-construction par le numérique et la réalité virtuelle, la réduction (...)

[Dossier Quartiers Bas Carbone] #13 - Quartiers à énergie positive et à faible impact carbone : expérimenter pour aller vers une future réglementation ?

Publié le 27 janv. 2020 - 11:02

En mars 2019, l’Ademe a lancé le projet « Quartiers à énergie positive et à faible impact carbone » qui consiste en l’accompagnement de 22 quartiers. Son ambition est d’identifier et aider à lever les principaux freins pour le dévelop (...)

Changement climatique : la prospective au service des territoires

Publié le 27 janv. 2020 - 10:04

Comment faire en sorte que des élus locaux s’approprient les enjeux propres à leur territoire liés au changement climatique et à la biodiversité avant qu’ils ne lancent une révision de leur document d’urbanisme ? La réponse à cette (...)


Commentaires