Sur l’île de Nantes, l’expérimentation urbaine peut-elle se pérenniser ?

Publié par La rédaction C21

L’île de Nantes est devenue ces dernières années emblématique du renouveau urbain de cette métropole française. Ce territoire de 330 hectares sur la Loire, bien relié au centre-ville ancien et disposant de réserves foncières, jouit aujourd’hui d’une forte attractivité.

Ce projet témoigne d’une reconquête de la centralité après la disparation, en 1987, des derniers chantiers navals présents sur l’île. Il s’agit d’une initiative de régénération urbaine dont le but vise à densifier les friches industrielles par de nouveaux quartiers et un projet économique basé sur les industries créatives, dans la lignée d’une politique culturelle volontariste reconnue au niveau national.

Au début des années 2000

Le volet opérationnel du projet débute véritablement en 2003 avec la création de la Société d’aménagement de la métropole Ouest Atlantique (Samoa), qui bénéficie d’une concession de maître d’ouvrage jusqu’en 2037.

Le projet a longtemps été appréhendé sous l’angle d’une production urbaine singulière, fruit d’une culture partagée des pouvoirs locaux concernant les desseins d’aménagement et d’un rapport à la planification nourri d’expérimentations. Celles-ci se sont notamment incarnées par des orientations d’aménagement souples et révisables et le recours à des aménagements temporaires selon les opportunités foncières.

La question sociale – consistant à faire venir les ménages avec famille et à rester compétitif dans l’offre de logements abordables en cœur de métropole – constitue une autre des composantes du projet. Cependant, l’attrait qu’exerce aujourd’hui l’île confronte les acteurs de l’aménagement à une possible banalisation du projet, tant dans les pratiques de l’urbanisme que dans les nouvelles orientations sur le devenir du site.

Valoriser l’existant

Dans son ensemble, le projet de l’île de Nantes vise à conforter une nouvelle centralité urbaine et métropolitaine, ayant pour objectif de corriger les effets de l’étalement urbain et d’un développement commercial périphérique très important depuis les années 1960.

Le projet promeut pour cela une offre mêlant logements, pôle d’enseignement (Beaux-arts, architecture), espaces dédiés à la culture ; ou encore activités économiques dans le domaine des industries créatives avec le « quartier de la création », un espace aménagé pour attirer des jeunes entreprises du secteur, fonctionnant en partie comme levier économique du projet.

Piloté depuis le début par la Samoa, le projet s’est caractérisé par la souplesse de ses méthodes et de ses outils : le plan-guide mis au point par l’architecte Alexandre Chemetoff proposa ainsi des orientations générales qui furent régulièrement redéfinies. La volonté d’expérimenter au fur et à mesure s’est reflétée dans des opérations immobilières telles que Karting et La Centrale.

Une des idées fortes repose sur la valorisation de l’existant, plutôt que la création d’un quartier d’affaires ou d’un monument iconique – à l’instar du musée Guggenheim de Bilbao en Espagne – pour susciter l’attractivité.

Les grues rappellent le passé industriel du site. Sebastien Darchen

La culture comme levier de développement

Dès l’origine, les acteurs du projet se sont appuyés sur la culture : outre la volonté de faire de la ressource culturelle une composante du développement urbain, c’était aussi une manière de manière d’afficher une rupture avec le pouvoir municipal précédent et sa volonté de créer une cité d’affaires. Dans le centre historique, la création du Lieu unique – scène culturelle proposant une programmation pointue – reste emblématique de cette démarche qui utilise la politique culturelle comme levier de développement territorial.

De même, le Festival des Allumées, qui a connu six éditions de 1990 a 1995, cherchait à attirer des artistes internationaux venant des grandes villes portuaires : lors de cet évènement culturel, l’île de Nantes vivait de 6 heures du soir a 6 heures du matin, se ré-appropriant progressivement le territoire des friches industrielles de l’île.

Un terrain d’expérimentation

Le récit entourant le projet (qui ne se réduit pas à l’île de Nantes) a parfois évoqué un urbanisme « à la nantaise », privilégiant une manière « collective » de construire la ville, à travers une culture « partagée » et une « conscience intercommunale » des différents pouvoirs locaux.

Outre qu’il a été indéniablement favorisé par une stabilité politique inscrite dans la durée, l’île de Nantes constitue un lieu d’expérimentation pour tester de nouveaux modes d’intervention.

La culture et la création ont ici joué un rôle de levier économique pour « démarrer le projet ». Aujourd’hui, la « Creative Factory » propose des espaces abordables pour des jeunes entrepreneurs qui se lancent ; le projet karting (baptisé NOW pour new office workshop) propose des espaces restreints modulables (de 12 a 96m2) pour de jeunes entreprises, en lieu et place de l’ancien karting. Ce lieu accueille 150 emplois et environ 40 entreprises. C’est un bon exemple d’initiative proposant une offre immobilière qui n’existe pas ailleurs à Nantes à un tel prix (150 euros/mois).

Ces différentes pratiques d’aménagement se sont également illustrées par des interventions spontanées et expérimentales : une logique du « coup par coup », selon les opportunités, avec La Centrale, par exemple, un immeuble réhabilité dédié aux métiers de l’image, du média et du transmédia ; ou encore la mobilisation de l’éphémère et du transitoire pour imaginer des programmations dans la durée, comme avec Green Island, une initiative en lien avec l’attribution du statut de « capitale verte » par la Commission européenne à la métropole nantaise en 2013.

Dans ce cadre, où l’on cherche à instaurer de nouveaux usages et à insuffler des dynamiques citoyennes au sein des microquartiers qui composent l’île, Les Machines de l’île sont emblématiques d’une manière singulière d’appréhender l’animation de l’espace public : fabriquées sur place, elles créent une scénographie urbaine qui attire Nantais et touristes.

Les machines de l’île, qui sont fabriquées sur place, servent l’attractivité du territoire en tant qu’espace public pour les familles nantaises. Sebastien Darchen

La difficulté de pérenniser le projet

Le projet de l’île de Nantes n’est toutefois pas issu d’un écosystème se tenant à distance des formes instituées de production de la ville. Il est bien, en partie, le résultat de prises de décisions institutionnelles. En témoigne l’installation sur l’île de l’École d’architecture et de celle des Beaux Arts Nantes-St-Nazaire ; ou encore la décision d’en faire le lieu de la biennale Estuaires à partir de 2007.

L’« esprit » de ce projet urbain singulier réside avant tout dans sa « méthode », mêlant opportunités et expérimentations. Est-il pour autant pérenne ? Cette interrogation se renforce à mesure que l’attractivité de l’île s’accroît. Attirant des investisseurs nationaux et davantage de ménages aisés dans le parc privé, à quelles conditions le projet va-t-il pouvoir conserver son caractère « expérimental » et son volet social ?

Victime de son succès, le projet semble avoir perdu de son « inventivité » originelle et la dynamique intellectuelle initiée par Jean‑Marc Ayrault dans les années 1990 s’est sans doute effilochée avec les années. Rien de plus normal puisque les cultures professionnelles évoluent, les équipes se renouvellent et la gestion de la longue durée est une contrainte objective.

Les regards soucieux de saisir le projet dans le temps long pourront néanmoins attirer l’attention sur certains points. Par exemple, la logique d’opportunité, qui a structuré une partie des aménagements, permettant notamment d’accueillir de petites unités d’entreprises de façon provisoire, perdura-t-elle ? Ou une stratégie d’immobilier pérenne – avec de grands opérateurs nationaux, voire l’arrivée de grandes structures tel le CHU – prendra-t-elle le pas ? L’expérimentation de différents usages dans l’espace public, avec des aménagements éphémères, qui alimente les phases de programmation, se poursuivra-t-elle ?

La question de la pérennité d’initiatives transitoires se pose clairement.

Quelques d’ambiguïtés, aussi, se font jour, ne serait-ce que la dissociation entre le « quartier de la création » à l’ouest et les opérations de logements (sociaux) à l’est, par exemple, qui laissent transparaître différents « morceaux de ville » sur le territoire de l’île. Il serait préjudiciable que leur relative proximité spatiale ne se transforme en réelle distance sociale.The Conversation

Sebastien Darchen, Senior Lecturer in Planning, The University of Queensland et Gwendal Simon, Assistant Professor of Planning and Urban Planning, Université Paris-Est Marne-la-Vallée (UPEM)

Cet article est republié à partir de The Conversation sous licence Creative Commons. Lire l’article original.


Autres actualités dans "Information"

#9 Entretien avec Marika Frenette sur les stratégies de changement des villes et territoires

Publié le 22 juil. 2019 - 15:40

« Il faut changer notre stratégie, mettre en avant l’invisible même s’il est moins beau, plus ingrats » ne cesse de répéter Marika Frenette de Wigwam. Voici un entretien qui nous amène à repenser notre approche du changement que ce (...)

Réinventons nos cœurs de ville : 19 communes lancent leur appel à projets

Publié le 19 juil. 2019 - 10:50

TERRITOIRES. Suite aux Assises du logement, qui se sont déroulées le 24 juin 2019 au Conseil économique social et environnemental (CESE), où 23 élus étaient venus présenter les sites qu'ils ont retenus pour participer au projet "Réinv (...)

Nature en ville et agriculture urbaine dans les projets d’ÉcoQuartier : retour sur la journée du 26 juin 2019

Publié le 19 juil. 2019 - 09:30

Organisé par la Direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement de Nouvelle-Aquitaine en partenariat avec le Cerema, le séminaire du club régional ÉcoQuartier du 26 juin à Lormont a réuni une cinquantaine de (...)


Commentaires





Recherchez parmi les Actus

Entrez votre propre mot-clé



Autres actualités



Catégories


Articles les plus lus