S'tile: lorsque les panneaux solaires s'adaptent à leur environnement urbain

 Parole de startup  startup  innovation  panneaux solaires  photovoltaïque  énergies renouvelables  toitures  bâtiment
Publié par Pauline Vettier

Le photovoltaïque est une source d’énergie prometteuse pour permettre la transition écologique de nos villes. Cependant, l’installation de panneaux solaires se heurte parfois à des contraintes liées à l’architecture de certains bâtiments, notamment dans les centres historiques. La start-up S’Tile, à la croisée des chemins de la construction et des énergies renouvelables, a développé une solution sur-mesure permettant d'intégrer les panneaux solaires au bâtiment. Une solution qui ouvre la voie vers l’adoption massive de l’énergie solaire dans des zones urbaines où celle-ci n’était pas encore envisagée. Rencontre avec Alioune Sow, directeur finance et développement commercial de S’Tile.

Pouvez-vous décrire votre solution ?

S’Tile développe des panneaux solaires photovoltaïques de haute performance, et disposant de qualités esthétiques uniques au monde. Notre solution repose sur le BIPV (Building Integrated Photovoltaics) : l’intégration des panneaux photovoltaïques au bâtiment. Cette technologie permet de placer des panneaux sur les façades des bâtiments ou sur les toitures, en les intégrant à l'architecture. Les panneaux sont customisables, et allient esthétique et performance. 

Les ardoises solaires, sont notre produit phare. Leur particularité est que celles-ci ont le même aspect et organisation que les toitures traditionnelles. Cela permet aux panneaux solaires d’être installés en milieu urbain et même à proximité de bâtiment historiques, là où il y a des contraintes architecturales fortes. C’est une solution élégante et performante.

Les toitures solaires intégrées intéressent beaucoup de nos jours, et nous développons cette solution depuis plusieurs années !

Nous avons également développé notre solution pour le mobilier urbain, comme les lampadaires, les abribus, ou encore les panneaux publicitaires. Sur un lampadaire par exemple, notre solution permet d’intégrer les panneaux au mât du lampadaire, de façon plus esthétique que sur un lampadaire solaire classique.

En quoi S’Tile est une solution durable ?

Nous nous inscrivons depuis toujours dans une démarche de baisse de la consommation des matériaux. Les procédés de fabrication de nos panneaux permettent de réduire considérablement la consommation d’argent, d’étain, ou encore de cuivre. Nous avons une des technologies les plus performantes en considérant le rapport entre le volume de matériaux utilisés et la performance délivrée, nous sommes aussi très performants sur l’empreinte carbone.

Les usagers recherchent de plus en plus d'énergies alternatives écologiques. Notre solution permet de répondre à une vraie demande, car il est difficile de mettre des panneaux photovoltaïques en pleine ville.

En quoi votre solution est-elle une innovation technique ?

Le caractère innovant de notre solution repose sur l’utilisation de la cellule intégrée ou l’i-Cell et  du procédé d’interconnexion Pad-to-Pad.

 L’i-Cell est une cellule portant sur la même plaquette de silicium plusieurs cellules plus petites que des cellules standard. La technologie Pad-to-Pad unique et brevetée par S’Tile, permet d’interconnecter en série ces éléments de cellules sans rubans en face avant. Un courant plus faible circulant ainsi dans le module permet à la fois d’augmenter une première fois leur puissance en supprimant les pertes en ligne au sein du module et de réduire considérablement la consommation des matériaux métalliques dans les cellules et les modules. Ainsi, les pistes d’argent en face avant des cellules sont réduites jusqu’à 50% et les rubans en face avant des modules sont totalement supprimés. Outre l’aspect esthétique apporté aux modules, leur puissance s’en trouve à nouveau nettement augmentée car la lumière n’est plus masquée par les rubans de cuivre. La technologie S’Tile apporte ainsi :

  • La performance via la suppression des pertes résistives et de l’ombrage dans le module
  • La customisation via une intégration plus flexible des cellules dans le module
  • L’esthétique via l’absence de rubans de cuivre en face avant des cellules et l’introduction de nouveaux designs de métallisation.

Pourriez-vous nous parler d’une de vos réalisations emblématiques ?

Nous sommes intervenus sur une grande variété de projets ces deux dernières années. Mais l’un des plus spécifiques est dans doute le projet que nous avons mené aux halles de Laissac à Montpellier. Le bâtiment dispose d’une toiture ronde, et il a fallu s’adapter à cette architecture particulière, en proposant des panneaux photovoltaïques de forme octogonale. Nous avons été les premiers à le faire ! Les panneaux étaient de style biomimétique, et de dernière génération. Il s’agissait vraiment d’une offre sur-mesure. Le bâtiment étant en site historique, l’aspect esthétique était très important pour obtenir l’approbation des Architectes des bâtiments de France (ABF).

Qui sont vos clients ?

Aujourd’hui sur le BIPV, l’intégration du photovoltaïque au bâtiment, nous travaillons avec des architectes comme Alfredo Bernad, des collectivités, comme EDS (Energie du Sud) à Montpellier mais aussi des entreprises du bâtiment, et des promoteurs immobiliers comme Bouygues ou encore Terreal. Concernant notre offre de panneaux pour les mobiliers urbains, nos clients sont les intégrateurs de systèmes urbains comme Sunna Design qui réalise des lampadaires solaires, ou encore des intégrateurs d’abribus, de panneaux publicitaires, comme JCDecaux. 

Généralement, ce sont nos clients qui commercialisent nos solutions, mais nous pouvons aussi nous positionner comme fournisseur du système complet et aller jusqu’à l’installation. Il est possible pour une collectivité de venir nous voir, nous pourrons travailler avec nos partenaires pour mettre en place notre solution clé-en-main.

Concernant notre implantation géographique, nous sommes très présents dans des villes comme Poitiers, Paris, Nantes, ou encore Rennes, notamment pour les ardoises solaires. Ce sont des régions où l’on est plus sur des toitures plates et où la solution peut être installée facilement. La moitié de notre activité se fait avec le reste de l’Europe. Mais notre solution est présente partout dans le monde, par l’intermédiaire de nos clients, notamment au Moyen-orient, en Amérique Latine et en Afrique.

 Aujourd’hui la Halle est alimentée à hauteur de 62KW en énergie solaire. Cela ne lui permet pas d’être complètement autonome, car il y a de nombreux commerces en son sein, mais c’est déjà un très bon niveau de renouvelable.

Ce projet traduit ce que l’on a envie de faire avec S’Tile : faire accepter les panneaux photovoltaïques en proposant une solution sur mesure et élégante adaptée à tout type de bâtiment. Notre capacité à proposer des panneaux PV customisés permettent de combiner les exigences de transition avec l’architecture de la ville.

En savoir plus sur S'Tile

En savoir plus sur InnoEnergy

InnoEnergy
Retrouvez d'autres innovations au service des bâtiments et territoires durables dans la série Parole de startup
Modéré par : Alice Dupuy

Autres actualités dans "Information"

Lancement de l'Appel à Projet MANUFACTURING FACTORY Saison 3

Publié le 11 déc. 2019 - 11:35

Atlanpole et le Centre de Ressources en Innovation C.R.I., ouvrent le 5 décembre les candidatures pour la saison 3 de Manufacturing Factory avec le soutien de leurs partenaires : Airbus, Banque Populaire Grand Ouest, Schneider Electr (...)

COP25 : Le niveau d'ambition en matière d'énergies renouvelables dans les CDN doit doubler d'ici 2030

Publié le 11 déc. 2019 - 10:25

Un nouveau rapport de l'IRENA appelle les décideurs politiques à élargir les CDN par le biais des énergies renouvelables et à remporter la lutte contre le réchauffement climatique. Madrid, Espagne, 6 décembre 2019 – Dans un nouveau (...)

Les villes peuvent-elles relever le défi climatique ?

Publié le 11 déc. 2019 - 10:10

La lutte contre le réchauffement climatique s’est imposée au sommet des urgences environnementales, mais les actes suivent encore trop peu les intentions. Et si les villes, davantage que les Etats ou les instances internationales, (...)