#22 - REHA : Innover pour aller vers des réhabilitations environnementales de l’habitat

 Dossier innovation  innovation  urbanisme  rénovation  réhabilitation

Comment réhabiliter le parc de logements existants, notamment social, tout en lui redonnant qualités, performances et pérennité ? C’est un enjeu de politique publique et d’architecture, au sens le plus fort du terme : au croisement de questions à la fois de bâti, d’usage, de social, d’urbain, d’économique et de réglementaire. Le Plan Urbanisme Construction Architecture, service interministériel d’expérimentation et de recherche, s’est emparé de cette problématique en lançant le programme REHA.

 

Un programme national d’expérimentation et de recherche pour réhabiliter l’existant

Le patrimoine résidentiel représente plus de 70% du territoire national bâti. Compte tenu de son renouvellement, il formera encore en 2050 l’essentiel du parc. Il constitue à ce titre un champ majeur de la politique de la France au titre de ses engagements en faveur de la transition écologique, dont la réhabilitation est un maillon essentiel.

Le programme REHA En association avec ses partenaires, l’Union sociale pour l’habitat (USH), l’Agence nationale de l’habitat (ANAH), l’Agence Nationale pour la Rénovation Urbaine (ANRU), l’Union Nationale pour l’Habitat des Jeunes (UNHAJ), Planète Surélévation, le programme REHA s’est fondé sur une ambition : accompagner le développement de la réhabilitation lourde des bâtiments de logements, ou de bâtiments en logements, dans une perspective environnementale, économique et sociale et dans l’idée d’impulser, en la matière, une nouvelle culture patrimoniale et urbaine. Par une approche globale de la réhabilitation, REHA entend parvenir à une amélioration significative des qualités urbaines, architecturales, techniques, d’usage et sociale des bâtiments et de leur environnement.

Un programme opérationnel structuré en 4 pôles

 Le programme explore un nouveau champ d’intervention : alternatif à la démolition-reconstruction (qui ne s’avère pas toujours possible ou pertinente) avec une logique économique et un bilan environnemental beaucoup plus favorables ; alternatif aux réhabilitations thermiques qui ne redonnent pas toujours de valeur patrimoniale aux immeubles. Il vise le développement d’opérations de réhabilitation qui atteignent des performances énergétiques, environnementales et de confort équivalentes au neuf, et présentent des solutions de restructuration urbaines pérennes. Dans cet objectif, il favorise et soutient l’émergence d’innovations en :

  • lançant des appels à propositions à destination des professionnels de la maîtrise d’œuvre et des entreprises afin de susciter le développement de solutions innovantes, évolutives et bas carbone, et de structurer des équipes opérationnelles pluridisciplinaires mobilisables par les porteurs de projets ;
  • accompagnant le lancement, le suivi et l’évaluation de chantiers ;
  • développant des outils facilitateurs pour permettre le montage des opérations dans leurs dimensions programmatique, financière, contractuelle, réglementaire et juridique ; développant des connaissances au moyen d’études et de recherches ;
  • assurant une action d’animation auprès des réseaux professionnels et de co-production tant avec les praticiens qu’avec les chercheurs afin de constituer un réseau interdisciplinaire. 

Des réalisations expérimentales qui donnent à voir les réussites et les limites rencontrées

 Deux appels à propositions assorties de réalisations ont permis de démontrer qu’il est possible et pertinent d’engager des réhabilitations lourdes avec des bénéfices environnementaux incontestables (économies de ressources et de matière) et des débouchés économiques importants (10 000 logements réhabilités avec un objectif de performance globale représentent 800M€ de travaux générés, 100GWh/an d’énergie économisé, soit l’équivalent GES de 3000 habitants). Ces réalisations offrent en outre de nouvelles perspectives pour les gestionnaires par la pérennité des investissements, et pour les locataires par la baisse drastique des consommations et son impact sur les charges.

Ces opérations, toutes lancées par des opérateurs à forte culture d’innovation, sont aidées par l’ensemble des acteurs locaux, conscients que les exigences se sont déplacées vers l’urbain et la qualité résidentielle. L’inscription des opérations dans une dynamique globale, avec une prise en compte de leur environnement immédiat et une mise à niveau de l’usage, de l’image, de la performance, de la gestion est déterminante. Les maîtres d’ouvrage y voient une manière particulièrement efficace de réutiliser et de valoriser les potentiels de certains segments de leur patrimoine.

Lien vers les chantiers du programme REHA

 Toutefois les opérations de réhabilitation lourde sont des opérations atypiques. Elles bousculent les catégories classiques des constructions neuves / réhabilitations / démolitions. Elles mixent le plus souvent les trois en un ensemble qui n’est pas défini, et se heurtent aux dispositions et aux cadres existants (urbanisme, financement, fiscalité, droit de la concurrence…).

Favoriser une phase de réinvestissement sur l’existant et maintenir l’effort de construction

Satisfaire au double objectif d’assurer la transition environnementale de l’existant et de construire davantage nécessite des changements profonds en matière de fabrication et de transformation du cadre bâti. L’enjeu est complexe car les cadres d’intervention participent à la forte segmentation entre intervention sur l’existant et construction neuve, si bien que les pratiques opérationnelles et les métiers, les financements et les modèles économiques se sont aussi développés sur cette même logique.

Des péréquations sont à trouver entre apports de l’existant et développement d’une offre neuve comme levier d’optimisation programmatique, économique, urbaine, architecturale et sociale des projets, en particulier pour accompagner la transformation et la valorisation foncière des tissus existants.

La promotion d’un urbanisme économe en ressources, foncières et matérielles, passe par une exploration des potentiels et modalités d’intervention sur le patrimoine existant. La réhabilitation ambitieuse du patrimoine de logements existants peut aussi permettre de constituer un complément à l’effort de construction, contribuer à l’équilibre financier des opérations et favoriser la mixité urbaine et sociale, en associant remise à neuf de l’existant et construction de nouveaux logements.

REHA3 : Un nouvel appel à propositions pour réhabiliter et développer l’offre de logements dans les territoires 

 Le Plan Urbanisme Construction Architecture et ses partenaires lancent un nouvel appel à propositions qui portera sur des projets de réhabilitation lourde intégrant une composante construction neuve. Cette troisième session entend initier de nouvelles approches de projet (urbaine, architecturale, technique, économique, sociale…) et développer des stratégies inédites (foncière, réglementaire, juridique, contractuelle…) afin d’accompagner la transformation du parc existant et d’améliorer sa performance sociale et environnementale.

 Un appel à candidatures est lancé auprès des bailleurs sociaux ou privés, copropriétaires, collectivités, EPCI, SEM… souhaitant s’inscrire dans une démarche d’expérimentation et d’innovation ; il a pour objectif de sélectionner des sites-supports sur lesquels les équipes candidates au futur appel à propositions formuleront leurs réponses.

Après sélection des sites, l’appel à propositions sera lancé auprès d’équipes pluridisciplinaires rassemblant les compétences nécessaires à l’élaboration de solutions programmatiques, urbaines, architecturales, techniques et à leur mise en œuvre.

Appel à candidatures 

Susciter l’innovation dans la programmation, la conception et le montage des projets

 Afin de favoriser l’émergence de solutions innovantes et inédites, la troisième session du programme REHA proposera aux équipes candidates de formuler leurs propositions avec :

Trois objectifs transversaux :

  • « Compléter » : le bâti existant (surélévation, extension, diversification typologique…) ; le foncier notamment par la construction d’une offre neuve ; la programmation pour rendre partenariales et viables ces opérations complexes (au niveau financier, contractuel, social…)
  • « Hybrider » : les maîtrises d’ouvrage afin de favoriser les transferts de compétences de la maîtrise d’ouvrage publique vers les copropriétés ; les savoir-faire et les pratiques professionnelles entre le neuf et la réhabilitation ; les programmes (activités, commerces, logements de différents statuts) afin de favoriser la mixité sociale…
  • « Economiser » : les matériaux (sobriété, réutilisation…) ; le temps (processus opérationnels, préfabrication…), pour les ré-interventions futures (démontabilité, recyclabilité…)

 

Trois axes thématiques :

  • Développer des solutions permettant la mobilisation des ressources locales et le développement de stratégies industrielles et économiques territoriales : circuits-courts, mobilisation de PME, matériaux bio-sourcés…
  • Explorer la capacité de transformation des logements (réversibilité, flexibilité, extension, accessibilité, diversification typologique) au fil du temps et au bénéfice de la qualité d’usage ;
  • Imaginer des processus opérationnels qui permettent d’intégrer la contribution des habitants comme acteurs du projet.

 

Calendrier

  • Remise des candidatures pour les sites-supports > 28 juin 2019
  • Lancement de l’appel à propositions > septembre 2019
  • Expertises > janvier 2020.
  • Jury national > mars 2020.

Un article signé Virginie Thomas, directrice du programme d'expérimentation et de recherche REHA - Plan Urbanisme Construction Architecture

Modéré par : Izadora Alcanfôr

Autres actualités dans "Information"

#7 - Economie et industrie circulaire

Publié le 15 nov. 2019 - 12:02

Avec la Feuille de Route pour l’Économie Circulaire de 2018 et aujourd’hui la préparation de la loi « anti-gaspillage pour une économie circulaire », les contours juridiques de l’économie circulaire se dessinent. Ils vont contribuer (...)

[REX - CREBA] Reconversion d’une grange seigneuriale en logement performant

Publié le 15 nov. 2019 - 11:32

Tous les mois et ce jusqu’à la fin de l’année, un nouveau retour d’expérience est mis en ligne sur le Centre de Ressources pour la Réhabilitation Responsable du Bâti Ancien CREBA. Ces retours d’expérience ont pour objet des réhabilita (...)

#6 - Economie circulaire, matériaux biosourcés et compostabilité

Publié le 15 nov. 2019 - 11:02

La fin de vie des matériaux biosourcés est encore mal connue, du fait du caractère récent du déploiement de ce type de matériaux au sein des constructions. Cependant, une étude réalisée par l’ADEME[1] estime l’arrivée des premiers (...)


Commentaires