Pôle Enfance Felix Leclerc - Bouvron

 REX  pôle petite enfance  bâtiment enseignement
Publié par Juliette LAVISSE

Le Pôle Enfance Felix Leclerc - Bouvron a été agréé "C'Positif" lors de la revue de projet du 13 septembre 2019 organisée dans le cadre de Cities to Be 2019. Ce projet rentre officiellement dans le panorama de la Construction Durable en Pays de la Loire.

Le chantier du Pôle Enfance de Bouvron : un exemple de démarche PCI

Quelques dates

Juin 2010 : Initiation du processus de conception en PCI

Janvier 2014 : Démarrage du chantier

Février 2015 : Livraison de la première tranche

Décembre 2015 : Fin du chantier

Présentation du projet

Le projet s'est orienté vers la restructuration de l'existant, la réalisation d'un bâtiment neuf principal et de 2 autres bâtiments neufs en extension. Le pôle enfance est donc constitué par la construction d'une école maternelle, l'extension et la rénovation de l'école primaire  et la transformation d'un bâtiment existant en accueil de loisir et périscolaire.

L'idée a été de regrouper un maximum de surfaces neuves dans un bâtiment unique, de façon à optimiser la performance thermique et les coûts de construction. Ce bâtiment est alors conçu de façon radicale comme un parapluie en charpente métallique de 30 m x 64 m.

Cela permet d'obtenir un hors d'eau rapide et de faciliter la réalisation de l'étanchéité à l'air de l'enveloppe qui est gérée indépendamment de la structure porteuse.

Les locaux sont répartis dans ce volume en fonction de leurs besoins thermiques : classes au sud-est et locaux annexes et intermittents au Nord-ouest.

L'épaisseur du bâtiment implique une gestion des apports en éclairage naturel. Celui-ci est apporté au centre du bâtiment par des conduits de lumière à haut rendement. Malgré l'absence d'apports lumineux en façade dans les circulations, celles-ci peuvent se passer d'éclairage artificiel.

L'attention a été portée sur deux axes essentiels à notre travail :

  • les qualité d'usage (confort d'ambiance, qualité des matériaux, acoustique, ergonomie des espace, rapport aux paysages)
  • l'attention portée aux processus de fabrication, qui passe par une appropriation collective et une diffusion libre des savoir-faire.

Le chantier de réalisation des murs en terre s'orienté vers un partenariat entre une entreprise et un organisme de formation spécialisé en eco-construction. Ce chantier est un support de formation et permet la diffusion du savoir-faire.

Contexte du Processus de Conception Intégrée

Le PCI a été conduit par WIGWAM Conseil. Il a permis de questionner le programme et les attentes tout au long de la conception. Le Programme a fortement évolué pendant les phases d'avant-projet.

Cette démarche a permis de dégager un optimum sur les différentes contraintes du projet :

  • Contraintes liées à l'évolution démographique sur la commune
  • Fortes attentes sur la qualité d'usage pour les enfants (projet accompagné par une sociologue spécialiste en qualité d'usage pour les enfants)
  • Contraintes d'un chantier en site occupé devant assurer une continuité de service.
  • Attente générale sur la qualité environnementale du projet et la qualité de l'air.
  • Forte contrainte budgétaire (le bâtiment neuf principal est sorti à 1050 € HT par m² de surface habitable)
  • Organisation des espaces extérieurs à partir des nouveaux usages : entrées des différents équipements du pôle enfance (ecole + ALSH) tout en identifiant clairement chaque entité - desserte  par les cars scolaires fortement améliorée.

 

Source : Atelier d'architecture Belenfant et Daubas


Le Processus de Conception Intégrée qu'est-ce que c'est ?

Le processus de conception intégré est une pratique émergente dans la phase de conception d’un projet de construction. Le principe vise à rassembler l’ensemble des intervenants clés du projet pour ainsi créer un contexte différent où ils deviendront une équipe. La philosophie de cette méthode repose sur le climat de collaboration qui est mis de l’avant et sur les objectifs fixés par l’équipe et que celle-ci doit respecter dans la conception du projet. Tout le processus est mené par un professionnel indépendant, nommé « facilitateur », qui guide l’équipe de travail et joue un rôle de catalyseur pour tirer le meilleur de chacun. Dans une pensée de durabilité, cette pratique permet d’optimiser un grand nombre de facteurs qu’il est possible de retrouver dans un projet de bâtiment durable. Dans les cas réalisés, les retombées liées à ce mode de conception sont significatives permettant d’engendrer des économies sur le coût total du projet, de faciliter la coordination du projet, de créer un certain nombre de synergies et plus encore.

Source : http://www.voirvert.ca/

 

 

Article publié sur NOVABUILD
Consulter la source

Modéré par : Clément Gaillard

Autres actualités dans "Information"

Copropriétés : le plan de travaux finalement retiré de l’ordonnance

Publié le 09 déc. 2019 - 11:49

L’ordonnance de réforme du droit de la copropriété est parue au Journal Officiel, jeudi 31 octobre. Celle-ci ne prévoit pas l’obligation d’un plan pluriannuel de travaux, pourtant tant attendu. Retour. Devant entrer en vigueur au (...)

Un rapport préconise d’inclure les investisseurs privés dans le financement du logement social

Publié le 09 déc. 2019 - 11:45

Un rapport, rédigé par l’Inspection générale des finances (IGF) et le Conseil général de l’environnement et du développement durable (CGEDD) met notamment en avant des mesures visant à inclure les investisseurs privés dans le financem (...)

Les sénateurs veulent maintenir le PTZ neuf dans les zones B2 et C

Publié le 09 déc. 2019 - 09:45

Le Sénat a confirmé le maintien du prêt à taux zéro neuf dans les zones B2 et C jusqu’à fin 2021. Malgré l’avis défavorable du gouvernement, les Sénateurs ont réaffirmé dans les mêmes termes la position adoptée par les Députés mi-nove (...)