Oslo, une ville durable exemplaire pour l’Europe

 ville durable  Oslo

Ville sans voitures, Oslo, capitale de la Norvège, s’est aussi dotée d’un budget climat et d’ambitions fortes comme celle d’atteindre la neutralité carbone d’ici 2050. Pour toutes ces raisons, Oslo a été élue capitale verte européenne pour l’année 2019. Zoom sur quelques aménagements inspirants de cette ville ambassadrice.

Transports, urbanisme, entrepreneuriat local : Oslo innove

Transports : une ville quasiment sans voitures

Partant du constat que les transports constituent la première source d’émissions de gaz à effet de serre, Oslo a tout simplement décidé de bannir toutes les voitures de son centre-ville. En y supprimant 700 places de stationnement, la municipalité a pu y créer davantage de zones piétonnes, d’aménagements cyclables et d’espaces verts. Pour les 5 500 personnes qui vivent et les 120 000 qui travaillent dans l’hypercentre, c’est une qualité de vie au quotidien nettement améliorée !

La ville teste également, actuellement, des systèmes de navette autonome et électrique.

Agriculture urbaine, écoquartier : les ingrédients de la ville durable

Parmi les réalisations exemplaires mises en place à Oslo, on peut citer le jardin partagé de Losæter, tout près de la gare. Il y a quelques années, une cinquantaine de fermiers ont mis en commun leurs ressources pour créer sur une friche un champ de blé. Aujourd’hui, ce sont 400 personnes qui font vivre bénévolement ce lieu qui abrite, en plus d’un jardin potager, poules, ruches et fournil à pain.

Sur une zone de 4,6 hectares, l’écoquartier de Vulkan propose, lui, un mélange d’espaces culturels, d’écoles, de deux hôtels, d’appartements résidentiels, restaurants, bureaux et complexes sportifs fonctionnant au maximum en circuit court. Grâce à des panneaux solaires, un système de chaleur géothermique, l’écoquartier est quasiment autonome en énergie.

La participation des citoyens, clé de la transition écologique
Afin de mobiliser les habitants sur ses différents projets, la municipalité d’Oslo a mis en place différentes applications disponibles sur smartphones, permettant aux usagers de proposer des aménagements concrets (réfection d’un trottoir, création d’un passage piéton…) et d’être ainsi acteurs du développement de leur ville.

Capitale verte européenne : une distinction de la Commission européenne sur 12 critères

Institué en 2008, le titre de « capitale verte de l’Europe » est ouvert aux villes de plus de 100 000 habitants de l’Union européenne. Il est attribué chaque année par la Commission européenne et un jury d'experts à la ville qui remplit les objectifs les plus ambitieux en matière d'environnement, et pouvant agir comme modèle pour d'autres villes. Douze indicateurs sont étudiés :

  • la contribution locale à la lutte contre le changement climatique planétaire,
  • les transports,
  • les espaces verts urbains,
  • le bruit,
  • la production et la gestion des déchets,
  • la nature et la biodiversité,
  • l’air,
  • la consommation d’eau,
  • le traitement des eaux usées,
  • l'éco-innovation et l’emploi durable,
  • la gestion de l’environnement par les pouvoirs locaux,
  • la performance énergétique.

En France, Nantes avait été désignée capitale verte européenne en 2013. Elle a d’ailleurs, depuis, obtenu le titre de capitale européenne de l’innovation en 2019.

L’an prochain, en 2020, c’est Lisbonne qui sera, pendant un an, porteuse du titre de capitale verte européenne

 

Article publié sur MTES - Ministère écologie
Consulter la source

Modéré par : Clément Gaillard

Autres actualités dans "Information"

S'tile: lorsque les panneaux solaires s'adaptent à leur environnement urbain

Publié le 12 nov. 2019 - 10:56

Le photovoltaïque est une source d’énergie prometteuse pour permettre la transition écologique de nos villes. Cependant, l’installation de panneaux solaires se heurte parfois à des contraintes liées à l’architecture de certains bâtime (...)

Les plantes « hyperaccumulatrices », solution d’avenir pour dépolluer les sols ?

Publié le 12 nov. 2019 - 10:24

Selon l’ADEME(*), 100 000 hectares de terre sont contaminés aux métaux lourds en France. Face à cet enjeu, les phytotechnologies se développent afin de dépolluer ces sols d’une manière écologique et peu coûteuse, tout en s’inscrivant (...)

Gisements CEE : des politiques publiques structurantes pour accélérer la transition énergétique

Publié le 12 nov. 2019 - 09:50

L’ADEME s’apprête à dévoiler aux acteurs de la filière les résultats de l’étude sur les gisements des CEE qui annonceront les trajectoires des volumes d’obligation des prochaines périodes CEE. Le CLER recommande de s’appuyer sur le (...)


Commentaires