Mise en place d’un référentiel de vulnérabilité sur le territoire à risques importants d’inondation de Noirmoutier / Saint-Jean-de-Monts

 Référentiel  vulnérabilité  inondation  TRI  indicateurs  calculs  SNGRI
Publié par Roche Ceridwen
Dans le cadre d’un partenariat, le Cerema a accompagné les cinq établissements publics de coopération intercommunale concernés par le territoire à risques importants d’inondation (TRI) de Noirmoutier/Saint-Jean-de-Monts pour construire un référentiel de vulnérabilité local grâce au calcul d’indicateurs.
 

Le référentiel national de vulnérabilité

La Directive Inondation, adoptée en 2007, a profondément rénové le cadre de prévention des inondations à l’échelle communautaire. Pour la mettre en œuvre, la France s’est dotée d’une stratégie nationale de gestion du risque inondation (SNGRI) qui s’appuie sur trois grands objectifs :

  • augmenter la sécurité des populations,
  • réduire le coût des dommages liés à l’inondation,
  • raccourcir le délai de retour à la normale).

La mise en œuvre de la Directive inondation a conduit à identifier 122 territoires à risques importants d’inondation (TRI), présentant des enjeux forts vis-à-vis des objectifs de la SNGRI parmi lesquels celui de Noirmoutier / Saint-Jean-de-Monts, dans les départements de Loire-Atlantique et de Vendée.

La publication en 2016 d’un référentiel national de vulnérabilité aux inondations a permis de proposer une méthode pour faciliter la réalisation de diagnostics territoriaux et l’émergence de stratégies et de pistes d’action.

Accompagnement dans la mise en oeuvre du référentiel sur le tri de Noirmoutier / Saint-Jean-de-Monts

Le Cerema s’est engagé pour accompagner plusieurs territoires dans la mise en œuvre de ce référentiel dont celui concerné par le TRI de Noirmoutier/Saint-Jean-de-Monts, réparti entre cinq intercommunalités : la communauté d’agglomération Pornic-agglomération – Pays de Retz, la communauté de communes Challans-Gois communauté, la communauté de communes d’Océan-Marais de Monts, la communauté de communes du Pays de Saint-Gilles et la communauté de communes de l’Île de Noirmoutier.

Le TRI couvre 12 communes dont les 4 de l’île de Noirmoutier exposées à la submersion marine.

Ce territoire très concerné par le risque a fait l’objet de

  • 2 SLGRI,
  • 3 programmes d’actions pour la prévention des inondations (PAPI),
  • 4 plans de prévention des risques littoraux (PPRL)
  • 13 plans communaux de sauvegarde (PCS).

Outre les 12 communes du TRI, le périmètre de l’étude a été étendu aux communes de Saint-Gilles-Croix-de-Vie et du Fenouiller afin de prendre en compte les deux rives de l’embouchure de la Vie.

Périmètre de l’étude TRI

Le souhait des collectivités est de disposer d’un ensemble d’indicateurs permettant :

  • de caractériser de façon partagée la vulnérabilité du territoire vis-à-vis de la submersion marine,
  • suivre son évolution afin d’évaluer les politiques publiques de prévention des inondations de leur ressort (PAPI, PCS, plan local d’urbanisme…)
  • et de pouvoir, le cas échéant, les adapter.

Les résultats et publications

Le référentiel national propose une méthode qui repose sur l’identification pour chacun des trois objectifs de la SNGRI « d’axes de vulnérabilité » déclinés en « sources de vulnérabilité ». Chaque source est ensuite illustrée par un ou plusieurs indicateurs.

Identification des trois objectifs de la SNGRI

L’élaboration du référentiel s’est réalisée dans le cadre de groupes de travail associant les services des collectivités et le Cerema, en respectant la logique du référentiel national. Ces groupes de travail se sont tenus entre décembre 2018 et juillet 2019.

31 sources de vulnérabilité ont été retenues et 39 indicateurs calculés, dont certains illustrent les particularités des territoires littoraux (submersion de cordons dunaires, vulnérabilité des activités spécifiques au littoral…).

Ces indicateurs ont été construits sur la base d’environ 90 données recueillies auprès de 33 organismes.

Les aléas de submersion retenus pour effectuer les calculs sont ceux des PPRL en distinguant l’aléa actuel et l’aléa 2100.

Ces indicateurs font l’objet de fiches descriptives et de représentations cartographiques rassemblées dans un atlas, ainsi que de cartes de synthèse par objectif de la SNGRI. Ce document est téléchargeable ci-dessous. Cet atlas sera aussi disponible prochainement sur notre plateforme opendata CeremaData.

Carte de synthèse sécurité des personnes

Le Cerema a mené une étude de faisabilité sur la mise à jour ultérieure de ce jeu d’indicateurs avec des scénarios s’appuyant sur des processus existants (plateformes de données, logiciels) et intégrant une automatisation du calcul de ces indicateurs de vulnérabilité.

 

Article publié sur Cerema Actualités
Consulter la source

Modéré par : Alexia ROBIN

Autres actualités dans "Information"

L'idée d'un recours administratif contre la RE2020 fait son chemin

Publié le 29 janv. 2020 - 11:52

COLÈRE. Ce n'est pas encore une fronde. Mais un vent de contestation se lève contre la future réglementation environnementale 2020, après la publication d'arbitrages étatiques favorisant le chauffage électrique et le retour des convec (...)

Chiffres de la construction : le millésime 2019 est moins bon que celui de 2018

Publié le 29 janv. 2020 - 10:34

CONJONCTURE. Le ministère de la Cohésion des territoires a publié les chiffres de la construction de logements et de locaux pour l'année 2019 : 449.400 habitations ont été autorisées l'année dernière, en recul de 2,3% par rapport à (...)

Eiffage récompense des start-up de sa plateforme Sekoya

Publié le 29 janv. 2020 - 10:16

ENVIRONNEMENT. Quelques mois après le lancement de la plateforme carbone et climat Sekoya, Eiffage, Impulse Partners et les partenaires du club ont mis en avant des jeunes pousses innovantes œuvrant pour des solutions bas carbone. (...)


Commentaires