#6 - Economie circulaire, matériaux biosourcés et compostabilité

 Dossier Construction21  biosourcés  composte  recyclage  économie circulaire  Interreg  SB&WRC
Publié par Feriel BACOUP

La fin de vie des matériaux biosourcés est encore mal connue, du fait du caractère récent du déploiement de ce type de matériaux au sein des constructions. Cependant, une étude réalisée par l’ADEME[1] estime l’arrivée des premiers isolants biosourcés dans les filières de fin de vie dès 2020. Dans le cadre des filières de valorisation des matériaux, les industriels recherchent des solutions simples à mettre en œuvre, pragmatiques et économiquement viables.

En complément de l’ACV, l’expertise d’UniLasalle en matière de biodégradabilité sera mise à profit afin d’étudier les opportunités de compostage des prototypes biosourcés du projet SB&WRC. Le compostage est un procédé existant à échelle industriel qui représente une solution de gestion durable des résidus agricoles. Il s’agit de l’une des voies les plus rapides de transformation des biodéchets en une sorte d’humus, matière stable, qui peut retourner au sol en tant qu’amendement organique, permettant ainsi de boucler le cycle de la matière organique et d’apporter un effet bénéfique pris en compte dans le cadre d’une ACV, lié au service écosystémique (la biodégradation) rendu par les microorganismes dégradant les matériaux.

Le caractère compostable d’un matériau se définit à partir d’un test normé[2] réalisé en laboratoire (Figure 1), qui mesure la quantité de CO2 produite (phase de minéralisation) par les microorganismes au cours du processus de biodégradation en milieu compost.

Figure 1 : Système de biodégradation

 

Figure 1 : Système de biodégradation 

 

De nombreuses recherches portent sur le comportement de différents résidus de cultures[3], tels que ceux étudiés dans le cadre du projet SB&WRC (pailles de blé, de colza et de maïs), et mettent en évidence leur caractère compostable ainsi que leur intérêt agronomique.

 

Figure 2 : Etude de compostage de résidus agricole (Xiu-Lang et al., 2016)

 

Figure 2 : Etude de compostage de résidus agricole (Xiu-Lang et al., 2016)

 

 

Concernant le prototype 1 obtenu à partir de moelle de maïs et le prototype 3 obtenu à partir de paille de blé, nous pouvons nous appuyer sur ces éléments bibliographiques pour confirmer leur caractère compostable et l’intérêt de poursuivre les études sur le développement d’une filière compostage pour la fin de vie de ces matériaux. Cependant il est important de vérifier également que le procédé de mise en œuvre choisi pour le matériau n’a pas d’effet sur sa biodégradation. Des travaux de recherches menés récemment à Unilasalle mettent en évidence que le procédé de thermocompression dans un contexte de retour direct au sol n’impacte pas la biodégradation du matériau obtenu[4].

Ce type d’approche permettrait d’envisager pour le matériau de fermer le cycle du carbone des matériaux, dans une logique d’économie circulaire, par la dégradation des sources carbonées contenues dans les agro-ressources ou co-produits agricoles. En incluant une déconstruction et un tri adapté, cette approche, déjà usuelle pour certains produits tels que les emballages labellisés OK compost[5], est encore expérimentale dans le secteur du bâtiment mais pourrait ouvrir de nouvelles perspectives.  

 
Article rédigé par UniLaSalle, partenaire du projet SB&WRC

[1] Rapport ADEME 2014 , Identification des gisements et valorisation des matériaux biosources en fin de vie en france

[2] ISO 14855, Évaluation de la biodégradabilité aérobie ultime des matériaux plastiques dans des conditions contrôlées de compostage -- Méthode par analyse du dioxyde de carbone libéré

[3] Xiu-Lang et al., Journal of Integrative Agriculture 2016, 15(1): 232–240

[4] Thèse Fida Mrad 2018, décomposition au sol de résidus de culture et de matériaux biosourcés : impact sur les communautés microbiennes des sols agricoles et les fonctions associées

[5] EN 13432, Emballage - Exigences relatives aux emballages valorisables par compostage et biodégradation - Programme d'essai et critères d'évaluation de l'acceptation finale des emballages

 

Le projet SB&WRC s'inscrit dans le cadre du programme européen Interreg VA France (Manche) Angleterre et bénéficie d’un soutien financier du FEDER.

 

Interreg SB&WRC

 

 

Consulter l'article suivant : #5 - Le BIM au service de l’économie circulaire


           

Dossier soutenu par

Economie circulaire

 

Découvrez leur engagement

Bâtiments et territoires circulaires

Retrouvez tous les articles du dossier Bâtiments et Territoires circulaires

Modéré par : Clément Gaillard

Autres actualités dans "Information"

Newtonproject House 1, logement collectif à énergie positive, Allemagne - Lauréat Green Solutions Awards 2019

Publié le 10 déc. 2019 - 12:39

Ce bâtiment situé à Adlershof, à Berlin, s'est distingué au niveau national dans la catégorie Energie & Climats Tempérés. Il a ensuite remporté l'édition 2019 des Green Solutions Awards dans cette catégorie à l'échelle internationale (...)

SolidCity : la ville intelligente en s’appuyant sur l’infrastructure existante

Publié le 10 déc. 2019 - 11:02

Rendre une ville intelligente ne demande pas forcément des budgets énormes. Afin de favoriser le retour sur investissement, SolidCity a pris le parti d’utiliser les infrastructures existantes pour installer des boîtiers de capteurs (...)

Le confort dans l’habitat : une nécessité ou un luxe ?

Publié le 10 déc. 2019 - 10:49

Associer le confort dans le bâtiment à une nécessité ou un « droit pour tous » peut sembler singulier . Dans le langage et l‘usage courants le confort renvoie souvent à une situation favorisée et privilégiée. Ne parle-t-on pas (...)


Commentaires