Les Trophées de l’ESS : les lauréats de cette dixième édition

 Trophées de l'ESS  économie sociale et solidaire  lauréats  appel à projet  innovation sociale
Publié par APC Cécile Gruber

Le 12 novembre dernier, les salons de l’Hôtel de Ville accueillaient la dixième édition des Trophées de l’Economie Sociale et Solidaire, un événement qui n’a cessé de prendre de l’ampleur depuis sa création en 2009, démontrant l’engouement pour ce secteur. Découvrez la présentation des douze lauréats.

Un appel à projet pour soutenir l’innovation sociale sur le territoire parisien

La Ville de Paris a vu grand pour l’organisation de la cérémonie des dix ans de cet appel à projet. C’est dans la salle des fêtes de l’Hôtel de Ville qu’Anne Hidalgo et Antoinette Guhl, adjointe à la maire en charge de l’économie circulaire, ont remis aux lauréats un trophée en laiton réalisé par La Fabrique Nomade qui travaille avec des migrants. Les Canaux – association promouvant l’économie sociale et solidaire – a co-organisé cet événement et jusqu’à l’accueil des visiteurs par Villette emploi, une entreprise de travail temporaire d’insertion, tout a été mis en œuvre pour solliciter des prestataires engagés. Ainsi, c’est le parfum de fleurs locales et de saison qui a embaumé les salons grâce à Fleurs d’Ici, entreprise de l’ESS qui soutient les horticulteurs français.

Au-delà de la récompense symbolique, les dix lauréats sont subventionnés et accompagnés dans leurs recherches de locaux, de partenariats et d’outils de communication. Depuis 2009, la Ville de Paris a soutenu plus de 100 projets, œuvrant au développement de l’économie sociale et solidaire dans la capitale.  

Cette cérémonie a été l’opportunité de rappeler que les JO de 2024 qui auront lieu à Paris et en Seine-Saint-Denis doivent permettre d’accélérer cette tendance. En effet, la candidature de la ville était axée autour de l’inclusion sociale et écologique. Il est désormais temps de passer à l’action et c’est pourquoi Les Canaux ont lancé la plateforme ESS2024 qui a pour vocation d’aider les entreprises de l’ESS à accéder au marché des JO. Par ailleurs, la Ville de Paris s’est engagée à ce que 25% de la commande publique soit à destination de structures de l’ESS.

Les lauréats de la dixième édition des Trophées de l’ESS : insertion professionnelle, cuisine et transition écologique

  • DesCODEUSES : une association d’insertion pour lutter contre le chômage des femmes et les former aux métiers du numérique. 700 femmes, principalement issues de quartiers populaires où le chômage les touche fortement, ont déjà été sensibilisées à la programmation par cette association qui propose des formations courtes et une plus complète qui permet de devenir développeuse web. La première promotion de cette formation sera lancée en 2020. Consulter leur page Facebook
  • Le Récho : restaurant d’insertion qui propose de « cuisiner pour restaurer le monde ». Ce restaurant, situé dans un centre d’accueil de migrants et de personnes en précarité, propose des produits bio et locaux qui sont cuisinés par les pensionnaires. Il offre ainsi une formation à ces personnes éloignées de l’emploi et leur permet de rencontrer les habitants du quartier en partageant des repas. Consulter leur site
  • Ethi’kdo : coopérative qui a lancé une carte cadeau pour promouvoir la consommation responsable et durable. Elle fonctionne comme une carte cadeau classique mais est uniquement utilisable dans des magasins qui répondent à des critères éthiques et environnementaux. Découvrir les enseignes partenaires sur leur site
  • Latitude : projet qui ambitionne de remettre du sens au cœur des formations d’ingénieurs et d’informaticiens. Partant du constat qu’il y a 2,5 millions d’étudiants en France chaque année et que seulement 11% des établissements d’enseignement supérieur ont intégré les enjeux de développement durable dans leur programme, l’association a décidé de plaider pour le déploiement de cours axés sur ces thématiques. Le but est de montrer aux étudiants comment mettre leurs compétences techniques au service de la transition écologique, grâce au programme « ambassadeurs ». Consulter leur site
  • A table citoyens : programme d’incubateur de projets culinaires inclusifs et durables. Cette offre d’accompagnement s’adresse à toutes les personnes qui veulent se lancer dans une activité culinaire à impact, avec ou sans expérience. Consulter leur site
  • Quartier libre : tiers lieu dédié à la cuisine. Le Collectif Café Culture Cuisine qui rassemble des habitants du quartier de la Goutte d’Or a ouvert un lieu dédié à la cuisine. Il permet aux habitant de se retrouver et de cuisiner quand ils n’ont pas l’espace nécessaire chez eux. C’est aussi l’opportunité pour les personnes en démarrage d’activité dans la restauration de se faire connaitre. Consulter leur page Facebook
  • Ce que mes yeux ont vu : expérience artistiques apprenantes. Cette entreprise a pour mission de créer du lien social grâce à l’art et à la culture. Elle propose des expériences pour développer l’intelligence émotionnelle et créatrice aux personnes en grande précarité et à des collaborateurs d’entreprises. Le programme lauréat « l’œil et la voix » les invite à enregistrer un commentaire d’œuvre à destination de personnes non ou mal voyantes. Consulter leur site
  • Local Paris 20 : coopérative de producteurs, d’agriculteurs et d’éleveurs à Paris qui soutient le développement de la gastronomie locale. Ce magasin leur permet de vendre directement leurs produits et d’offrir aux Parisiens des denrées de qualité produites dans un rayon de 150km maximum. Consulter leur site
  • « Des Etoiles et des Femmes » par La table de Cana : projet d’insertion en partenariat avec le chef cuisinier Alain Ducasse qui vise à former les femmes aux métiers de la restauration. Ce CAP d’un an en alternance est à destination des femmes éloignées de l’emplois issues des quartiers prioritaires des 18e, 19e et 20e. Consulter leur site
  • L’école de la transition écologique : formations diplômantes à destination des décrocheurs scolaires. A travers des thématiques adaptées à l’urbain, cette école atypique propose à des élèves du primaire jusqu’au supérieur de découvrir les métiers de la transition écologique. Consulter leur site

Deux trophées d’honneur pour des entreprises qui ont déjà fait leurs preuves

  • Les marmites volantes sont deux restaurants solidaires et circulaires qui promeuvent le « mieux manger » à Jaurès et Montreuil. Travaillant uniquement avec des produits sains et des producteurs locaux, elles proposent également un service de livraison en vélo cargo de petites marmites repas pour les entreprises. Ces contenants réutilisables permettent d’éviter chaque mois 170kg d’emballage et tous les biodéchets générés par l’activité sont compostés et récoltés par une association d’insertion. Consulter leur site
  • Les hôtels solidaires récupèrent les invendus alimentaires et non-alimentaires d’hôtels parisiens qui sont ensuite redistribués à des personnes en situation de précarité (migrants, SDF…). Depuis le lancement de cette initiative, ce sont 15 000 viennoiseries et 20 000 produits d’hygiène qui ont été récupérés, luttant ainsi contre le gaspillage. Cela permet aussi de réaliser un travail de sensibilisation auprès de l’hôtellerie et de créer un « réflexe solidaire ». Consulter leur site

 

Article publié sur APC
Consulter la source

Modéré par : Alexia ROBIN

Autres actualités dans "Information"

Newtonproject House 1, logement collectif à énergie positive, Allemagne - Lauréat Green Solutions Awards 2019

Publié le 10 déc. 2019 - 12:39

Ce bâtiment situé à Adlershof, à Berlin, s'est distingué au niveau national dans la catégorie Energie & Climats Tempérés. Il a ensuite remporté l'édition 2019 des Green Solutions Awards dans cette catégorie à l'échelle internationale (...)

SolidCity : la ville intelligente en s’appuyant sur l’infrastructure existante

Publié le 10 déc. 2019 - 11:02

Rendre une ville intelligente ne demande pas forcément des budgets énormes. Afin de favoriser le retour sur investissement, SolidCity a pris le parti d’utiliser les infrastructures existantes pour installer des boîtiers de capteurs (...)

Le confort dans l’habitat : une nécessité ou un luxe ?

Publié le 10 déc. 2019 - 10:49

Associer le confort dans le bâtiment à une nécessité ou un « droit pour tous » peut sembler singulier . Dans le langage et l‘usage courants le confort renvoie souvent à une situation favorisée et privilégiée. Ne parle-t-on pas (...)


Commentaires