Les plus et les moins du label E+C-

 dossier énergie carbone  E+C-  Cerqual  Jean-Frédéric Bailly  label  expérimentation  performance énergétique  bilan carbone

« Plus » d’énergie positive, « moins » d’émission de carbone, voilà l’ambition du label E+C- pour les futurs projets de construction.  Mais à ce stade de l’expérimentation, quels sont les « plus » et les « moins » de ce label. Que faire pour qu’il tienne ses promesses ?

Les « plus »

1 - Une prise de conscience qui s’accélère et qui va dans le bon sens

Avec ce label de performance environnementale des futurs bâtiments, l’Etat envoie un message fort : les bâtiments construits ne devront plus s’inscrire dans la seule recherche de la performance énergétique, héritée des réglementations thermiques successives, mais bien tenir compte également de l’impact « carbone » du bâtiment, avec la définition de seuils sur les émissions de gaz à effet de serre, Le label encourage aussi les énergies renouvelables et la prise en compte de l’autoconsommation pour la production d’électricité. Quand on sait que les bâtiments émettent plus de 20% des gaz à effet de serre et sont de grands consommateurs d’énergie, le label E+C- va dans le bon sens.

La particularité, assez nouvelle, du label E+C-, est qu’il s’intéresse à l’ensemble du cycle de vie du bâtiment et élargi la base du calcul de consommation énergétique à d’autres usages immobiliers.

2 - Une méthode construite avec l’ensemble des professionnels

Le label E+C- est né d’un travail de concertation mené depuis 2015 entre les organismes professionnels et les pouvoirs publics, permettant d’aboutir à un consensus sur la méthode de calcul et repris par tous. La phase d’expérimentation qui est en cours permet de recueillir les retours de la profession sur la base d’expériences terrains et ainsi de construire une réglementation qui tiendra compte de ces retours.

3 - Un assez bon départ pour le label E+C-

Chez CERQUAL Qualitel Certification, nous constatons que 9 mois après son lancement, 3% des demandes de certification de logements incluent le label E+C-. C’est un niveau encore assez marginal, mais pas anodin non plus. Pour comparaison, le label BBC en RT2005 avait connu un démarrage plus lent un an après son lancement, avec 1% des demandes de certification.

Signe que les professionnels comprennent l’intérêt de la phase expérimentale et préfèrent participer dès maintenant à l’élaboration de la nouvelle réglementation plutôt que de la subir plus tard.

Les « moins »

1 -La nécessaire implication de tous les acteurs

Pour que le label E+C- tienne ses promesses, tous les acteurs à tous les niveaux de la chaine doivent s’impliquer dans le cadre d’une réflexion globale. La certification accompagne cette démarche de prise en compte des divers impacts environnementaux du bâtiment et s’inscrit pleinement dans ce mouvement pour faire évoluer les pratiques et valoriser les initiatives innovantes.

2 - Des éléments méthodologiques qui restent à consolider

Les données environnementales des produits de construction et équipements (Base INIES) sont encore insuffisantes et le travail déjà engagé avec les industriels doit se poursuivre. Certains éléments sont à fiabiliser comme les nouveaux indicateurs BEPOS et Carbone, ce qui ne pourra se faire qu’en poursuivant l’expérimentation sur un nombre important de bâtiments de tous les secteurs.

Enfin, la règle de saisie par les bureaux d’études environnementaux dans les 13 lots doit être confirmée d’une opération à l’autre.

3 - La prise en compte de l’énergie et du carbone ne doit pas faire oublier tout le reste

Apprenons des expériences passées, notamment celle de la RT 2012, qui a pris le pas sur les autres critères de la qualité du logement. Il en va de même pour le label E+C- : il ne faudrait pas qu’il conduise à construire uniquement avec le souci de l’énergie positive et de la réduction carbone. C’est pourquoi intégrer ce label à une démarche plus globale, s’intéressant à tous les aspects de qualité du logement (technique et d’usage), telle que la certification multicritère la porte, est un réel atout.  

Article proposé par Jean-Frédéric Bailly, Directeur Etudes & Recherches chez CERQUAL Qualitel Certification

 

Dossier E+C-
Retrouvez tous les articles du Dossier E+C-
en cliquant ici.
Communauté Améliorer l'environnement sonore
Intéressé(e) ? Rejoignez notre communauté consacrée au label énergie carbone.
Modéré par : Sylvain Bosquet

Autres actualités dans "Opinions"

Suivez la jeunesse

Publié le 20 févr. 2020 - 09:50

Les mesures phare, les mesures choc qui devaient découler à l’issue de la Cop 24, les décisions courageuses des gouvernants… Les jeunes, bien au-delà de postures politiques partisanes, n’ont rien vu de concret pour palier les enjeux (...)

Pourquoi le développement de la construction Hors-site est-il inéluctable ?

Publié le 17 févr. 2020 - 09:00

La France découvrait il y a un an, avec le Magazine Hors-site le monde de la construction Hors-site, les trois premières parutions vous on fait découvrir des ouvrages impressionnants dans le monde entier, mais également un véritable (...)

Manifeste de la construction hors-site

Publié le 12 févr. 2020 - 09:00

L’industrialisation de la construction est en train de devenir incontournable, le coup est déjà parti à l’étranger mais pas encore en France. Pour faire face aux enjeux du 21ème siècle, il est nécessaire pour notre pays d’accélérer (...)


Commentaires