Les lauréats au concours pour valoriser les données sur la qualité de l’air

A l’occasion de la réunion du Conseil national de l’air (CNA), Jean-Luc Fugit, président du CNA et Laurence Monnoyer-Smith, commissaire générale au développement durable, ont salué l’implication d’acteurs de la société civile en remettant les prix aux deux lauréats du concours de valorisation des données sur la qualité de l’air organisé par le ministère.

Découvrez les deux projets lauréats

Le premier lauréat du concours est Vincent Lemaire pour son projet « La qualité de l’air près de chez soi », pour lequel il a reçu une récompense de 6 000 € de la part du ministère de la Transition écologique et solidaire. Cette application, à destination du grand public, permet à son utilisateur de s’informer sur la qualité de l’air près de chez lui et d’explorer les sources de pollution de sa commune, dans le but de modifier les habitudes de comportement en montrant les sources de pollution principales près de chez soi.

Le second lauréat est Fabrice Caïni pour son projet « DATA’AIR », pour lequel il a reçu une récompense de 4 000 €. Ce projet s’adresse à la fois au grand public pour prendre conscience des impacts de l’activité humaine ou de son exposition à la pollution atmosphérique, mais aussi aux collectivités pour faciliter la prise de décision pour améliorer la qualité de l’air ainsi qu’aux bureaux d’études qui traitent les données de qualité de l’air.

Un concours pour faire changer les comportements autour de la pollution de l'air

Avec 48 000 décès chaque année, la pollution atmosphérique est la 3e cause de mortalité en France, après le tabac et l’alcool. L’objectif de ce concours était de permettre à chacun de comprendre et de s’approprier les enjeux sur la qualité de l’air, mais aussi de changer les comportements.

A propos du concours

Le concours de valorisation des données relatives à la qualité de l'air a été organisé par le ministère, en partenariat avec la Fédération ATMO France, le Laboratoire central de surveillance de la qualité de l’air, le consortium PREV’AIR, le CITEPA et l’INERIS. Il était ouvert du 4 septembre 2018 au 15 février 2019 à toute personne physique majeure : entrepreneurs, étudiants, chercheurs, membres d’associations, usagers etc.

À partir des données mises à disposition sur l’air, les projets devaient par exemple permettre de traiter la ou les thématiques suivante(s) :

  • mieux comprendre les mécanismes contribuant à la pollution de l’air : influence des sources de pollution, influence des conditions météorologiques… ;
  • mieux identifier les enjeux en matière de qualité de l’air : comment optimiser les moyens de transport ou de chauffage pour améliorer la qualité de l’air ? Comment mieux aménager les centres urbains ? ;
  • mieux cerner l’impact de la pollution sur la santé, les écosystèmes, l’économie etc.

Les projets pouvaient également proposer des améliorations comme :

  • des bases de données sur la qualité de l’air mises à disposition dans le cadre du concours ;
  • des sites Internet correspondant à ces données.

Les outils élaborés dans le cadre du concours peuvent être : des fiches d’informations interactives, des indices, des vidéos, des infographies, un réseau social, un portail Internet, des cartographies interactives, des diagrammes, des maquettes ou prototypes d’applications informatiques ou Smartphone, des outils de calcul...

Politiques publiques pour réduire la pollution de l’air

 

Crédit photo: A. Bouissou/Ministère

Article publié sur MTES - Ministère écologie
Consulter la source


Modéré par : Hassan ABOUZID

Autres actualités dans "Information"

3 questions sur le carbone à Anne-Sophie Perrissin-Fabert, directrice générale de l’Alliance HQE-GBC

Publié le 17 juil. 2019 - 18:36

Quelle est votre vision sur l’impact carbone au niveau des bâtiments ?Quelles actions l’Alliance HQE-GBC fait-elle en faveur du carbone ?Comment la base INIES peut-elle aider les acteurs à réduire leur impact carbone et les émissions (...)

#7 Engager la transition vers un urbanisme circulaire

Publié le 17 juil. 2019 - 16:08

En cherchant à développer des alternatives concrètes à l’étalement urbain, l’urbanisme circulaire propose de repenser les processus de fabrication de la ville pour bâtir une ville flexible capable de s’adapter en continu à l’évolution (...)

Label R2S : L’interopérabilité décryptée pour vous

Publié le 17 juil. 2019 - 12:02

Au coeur de la transition numérique, le bâtiment connecté et communicant rime très souvent avec le déploiement de nouveaux services. Des services dont nous n’apercevons généralement qu’une interface simplifiée et imaginée pour ses (...)


Commentaires





Recherchez parmi les Actus

Entrez votre propre mot-clé



Autres actualités



Catégories


Articles les plus lus