Les GAFAM vont-ils révolutionner le secteur de la construction ?

 GAFAM  numérique  innovation  construction  PME/TPE  finance

Géants du numérique, on ne présente plus les GAFAM. Ce sigle qui regroupe Google – Apple – Facebook – Amazon – Microsoft nous semble de prime abord, bien éloigné du secteur du BTP. Et pourtant, ces noms stars de la Silicon Valley entendent bien bouleverser en profondeur le monde de la construction, peuvent-ils remettre en question l’ensemble de sa chaîne de production et les schémas traditionnels ?

Les secteurs du bâtiment, de la construction et de l'immobilier : nouvel eldorado des GAFAM

Représentatifs des 5 plus grosses capitalisations boursières, les GAFAM trouvent leur point commun dans le secteur des nouvelles technologies. Souvent concurrentes sur plusieurs secteurs, chacune a pourtant son domaine d’action privilégié.

La révolution numérique est en marche, et n’épargne aucun secteur. Les « Smart Building » et « Smart Cities » émergent de tous côtés, et le secteur réalise que ces nouvelles technologies ultra-connectées prendront une place croissante dans l’habitat de demain. Les objets connectés et assistants vocaux de Google, Apple et Amazon sont déjà figures courantes, pour piloter la maison, l’énergie, la lumière, les alarmes, la musique, la télévision, etc., mais les GAFAM n’entendent pas s’arrêter là.

[1]

C’est au secteur entier de la construction qu’ils souhaitent s’attaquer, car il présente un certain nombre de problématiques pouvant amener à un nombre équivalent d’opportunités : crise du logement, possibilités d’investissements foncier en déclin, nécessité d’accéder à l’habitat plus rapidement…

La crise du logement à San Francisco justement a par exemple amené Amazon a proposé une solution clé en main, rapide et peu coûteuse : Plant Prefab. Start-up californienne spécialisée dans la construction modulaire et racheté par le géant du e-commerce, son approche permettrait de réduire le temps de construction de 50% et les coûts de 10 à 20% pour les grande villes.[2]

[3]

« Les acteurs traditionnels de l’habitat font souvent face à des difficultés pour résoudre le défi du logement abordable. C’est donc un boulevard entier qui s’ouvre à tous les acteurs innovants pour conquérir le monde ».[4]

Autre exemple avec Sidewalk Labs, filiale de Google axée sur l’innovation urbaine, qui prépare un projet de smart city à Toronto.

Secteur où l’innovation a longtemps fait défaut et resté trop longtemps immobile, les acteurs traditionnels ont concédé qu’il y avait urgence à procéder à sa transformation digitale et qu’il ne sera pas épargné par la révolution numérique.[5]

Une nécessaire transformation du secteur

L’arrivée des GAFAM sur le marché n’est qu’un moyen d’alerte permettant de se rendre compte de l’énorme potentiel qu’offre le secteur.

En effet, en lien avec l’innovation et en comparaison avec d’autres secteurs industriels, le monde de la construction présente un déficit important en termes de progression de la productivité et les investissements réalisés en termes de R&D par les entreprises du bâtiment sont encore faibles (de 0,01 % à 0,5% du CA en moyenne pour 95% des entreprises du bâtiment en France).

Le secteur est également caractérisé par la prédominance de micro-entreprises et de PME. En France, le secteur de la construction au sens large représente 2,6 millions d’emplois (9,3% de l’emploi total), répartis dans 835 440 entreprises pour un chiffre d’affaires total de 451 milliards d’euros [7] (chiffres 2013).

Il est alors impératif pour le secteur du bâtiment d’engager une transition.

 

Le macro-secteur de la construction joue un rôle prépondérant dans l’économie européenne. Il génère 9% du PIB de l’Union européenne et assure 18 millions d’emplois, ce qui constitue 31% de l’emploi industriel. [6]

99% des entreprises du secteur en Europe (plus de trois millions d’entreprises au total en Europe) sont des PME (pour 83% de l’emploi total), dont une écrasante majorité de micro-entreprises (92,5% des entreprises du secteur emploient moins de 10 salariés) [7]

Suivant des analyses extensives [8] réalisées sur l’évolution des marchés et des besoins associés, il apparaît que 4 macro-enjeux devront être adressés en priorité au cours des prochaines années :

  • Augmenter le niveau global de la productivité tout en maintenant une bonne performance.
  • Industrialiser / massifier la rénovation du parc existant à toutes les échelles et renforcer le positionnement des marchés de la rénovation comme vecteurs clés de la transition énergétique.
  • Positionner l’usager / l’utilisateur final au centre de l’attention et des pratiques.
  • Accompagner les acteurs de la filière dans leur professionnalisation et le renforcement des compétences de la main d’œuvre.

Cette montée en puissance des GAFAM, et de façon plus large, des start-up, devrait être vue comme une véritable opportunité pour les différents acteurs de l’écosystème. Car le secteur devra se réinventer, repenser ses métiers et innover en investissant dans la recherche et les nouvelles technologies.

On peut donc nécessairement se poser la question de la place de la transition numérique mais également de l’industrialisation car les méthodes de travail des GAFAM qui porteraient atteinte aux entreprises du secteur du bâtiment se caractérisent par l’intégration de toute la chaîne de valeur, des ressources jusqu’à la construction.

Toutefois, il existe deux leviers qui permettraient de faire face à la menace de ces plateformes numériques :

  • collaborer entre grandes entreprises et PME/TPE qui sont les acteurs majeurs du bâtiment (plus de 400 000 entreprises artisanales) pour innover ensemble sur les technologies, les méthodes et les process.
  • mettre au premier plan des actions de l’expérience client et construire une relation de confiance entreprise/client car il est important que ces acteurs se distinguent par un service de qualité et reconnu qui fidélisera le client et lui permettra d’accepter un prix plus élevé.

Mais attention, l’adaptation des GAFAM au business model des datas est redoutable et le monde du bâtiment doit être prêt à faire sa révolution pour réussir à s’imposer comme un acteur incontournable des transitions énergétique, environnementale et numérique. C’est en plaçant l’usager au cœur de ces transitions que le succès peut être escompté !

 

L’innovation et la place de l’humain sont au cœur de nos travaux collaboratifs et constituent notre leitmotiv pour l’émergence de nouveaux projets exploratoires.

La question de l’industrialisation et de la massification dans le bâtiment commence également à émerger et soulève bien des questionnements. Nous consacrons d’ailleurs une partie de nos travaux à la massification de la rénovation des quartiers homogènes.

Retrouvez notre guide dédié Les Essentiels

Sources :

[1] Crédit Photo « Ne les appelez plus jamais Gafam« , Julien Guillot, Libération, 01/08/18.

[2] « Pourquoi AMAZON et AIRBNB se lancent dans la construction modulaire ?« , Christophe Faure, Magazine Hors-Site, 12/07/19.

[3] Crédit Photo Plantprefab.com

[4] « Le logement abordable, nouveau terrain de jeu de la proptech« , Leonard (Vinci Construction), 01/04/19.

[5] « L’immobilier français se met en ordre de marche face aux GAFA« , Christine Lejoux, BATIACTU, 01/07/2019.

[6] Chiffres de l’ « European Construction Industry Federation » (ECIF) – 2015.

[7] Ensemble de chiffres issus de l’analyse réalisée dans « Les Essentiels Vol.1 « Rénovation des quartiers homogènes : comment massifier et industrialiser ? » / pages 8 et 9.

[8] Etude de McKinsey Global Institute – Reinventing Construction, a route to higher productivity (2017), via « Les Essentiels ».

L’article Les GAFAM vont-ils révolutionner le secteur de la construction ? est apparu en premier sur Cercle Promodul / INEF4.

 

Article publié sur Promodul
Consulter la source

Modéré par : Alice Dupuy

Autres actualités dans "Information"

[Dossier Quartiers Bas Carbone] #12 Le réseau d’échange de chaleur et de froid de Paris-Saclay : un modèle innovant au service de la transition énergétique

Publié le 24 janv. 2020 - 12:30

Paris-Saclay rassemble un écosystème d’innovation sans équivalent en Europe. 15 % de la recherche nationale s’y concentrent et représentent 40 % des emplois, publics comme privés, de la recherche d’Ile-de-France. La richesse de cet (...)

négaWatt dénonce les arbitrages "idéologiques" de la RE2020

Publié le 24 janv. 2020 - 10:35

CRITIQUE. Les débats autour de la réglementation environnementale 2020 ne risquent pas de s'arrêter de sitôt. L'association négaWatt vient de revenir à la charge, accusant le texte tel qu'envisagé de "faire une croix sur les bâtiments (...)

Ouvrages olympiques et paralympiques Paris 2024 : bâtir la ville européenne de demain

Publié le 24 janv. 2020 - 10:29

La Société de Livraison des Ouvrages Olympiques (SOLIDEO) est l’établissement public chargé de financer, superviser et livrer les ouvrages et opérations d’aménagement nécessaires aux Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris 2024. (...)


Commentaires