Le CSTB soutient l'économie circulaire dans la construction à l'échelle européenne

 économie circulaire  bâtiment
Publié par Communication CSTB

Augmenter de plus de 50 % la quantité d'éléments de construction récupérés, qui circulent dans le nord-ouest de l'Europe d'ici 2032. Un challenge quand on sait qu'actuellement seul 1 % des éléments de construction est réutilisé après une première application. Le réemploi des matériaux est le défi du projet européen FCRBE « Faciliter la circulation des éléments de construction récupérés dans les pays septentrionaux d'Europe occidentale » au sein du programme Interreg North-West Europe. Le CSTB est partenaire de ce projet, avec sept autres acteurs européens, pour accompagner la transition du bâtiment dans l'économie circulaire.

Enjeux

La faible part du réemploi des éléments de construction impacte directement la performance environnementale des projets et leur valeur économique. Pour aller plus loin dans l'optimisation des ressources et des bâtiments, le programme Interreg North-West Europe lance un projet partenarial pour augmenter de 50 % la part d'éléments de construction récupérés d'ici à 2032. C'est le projet FCRBE (Facilitating the Circulation of Reclaimed Building Elements in Northwestern Europe).

Acteurs

Le projet FCRBE implique une collaboration internationale entre des organisations spécialistes du réemploi, des fédérations professionnelles, des centres de recherche, une école d'architecture et des administrations publiques. Le CSTB fait partie des huit partenaires principaux. Il est notamment en charge de l'analyse statistique sur la place du réemploi dans les flux de matériaux de construction en France, au Benelux et en Angleterre, et contribue à l'audit sur les éléments réutilisables.

Les partenaires du projet : Salvo Ltd. (Grande-Bretagne), Confédération Construction (Belgique), Belgian Building Research Institute (Belgique), Centre Scientifique et Technique du Bâtiment (France), Bruxelles Environnement (Belgique), University of Brighton (Grande-Bretagne), Bellastock (France).

Ce projet est financé à environ 50 % par l'Union européenne, pour un budget total de 4,33 millions d'euros sur quatre ans (2018-2022).

Perspectives

Le projet FCRBE vise à :

  • mettre en œuvre un annuaire en ligne avec plus de 1500 opérateurs spécialisés dans le réemploi ;
  • concevoir une méthode pour répertorier les éléments réutilisables avant démolition ;
  • proposer quatre méthodes de prescription.

Ces outils seront testés et promus au travers de 36 opérations pilotes prenant place dans des projets de (dé-)construction à grande échelle. Cela permettra le réemploi de plus de 360 tonnes d'éléments d'ici à 2022.

Des efforts de communication en direction des parties prenantes du secteur de la construction, y compris les autorités publiques, faciliteront l'intégration de ces résultats dans les pratiques courantes et les politiques publiques.

En savoir plus :

 

Article publié sur CSTB actualités
Consulter la source

Modéré par : Clément Gaillard

Autres actualités dans "Information"

Le Forum des solutions : partager les expériences pour revitaliser les centres-villes

Publié le 26 févr. 2020 - 11:30

La 1ère session du Forum des solutions, destinée aux 222 collectivités du programme Action Cœur de Ville, a permis de montrer des solutions innovantes mises en œuvre par des territoires divers pour redynamiser leurs centres. Cette (...)

Les éco-organismes ont réalisé en 2019 des résultats "pas toujours à la hauteur"

Publié le 26 févr. 2020 - 11:18

POLITIQUES PUBLIQUES. Dans son rapport public de l'année 2020, la Cour des comptes analyse les performances des éco-organismes, qui ont collecté près de 5,6 milliards de tonnes de déchets en 2019. Si quelques améliorations de fonction (...)

Le développement des énergies renouvelables bénéfique à l’économie française

Publié le 26 févr. 2020 - 11:13

Le Syndicat des énergies renouvelables (SER) a publié une étude qui apporte un nouvel éclairage sur la manière avec laquelle les énergies renouvelables contribuent à l’économie de notre pays. Quatre indicateurs (création d’emplois (...)