La numérisation des chantiers est en marche

 dossier innovation  innovation  numérisation  BIM  transition digitale  Batimat  maquette numérique
Publié par Frédérique Sauer

Deux avancées techniques sont en train de conquérir les chantiers, en neuf et en rénovation, car ils permettent d’importants gains de productivité et de qualité : le scan, de plus en plus léger et abordable, et la géolocalisation.

Le scan, où comment améliorer la productivité sur chantier

Le scan 3D est utilisé en construction neuve d’abord pour repérer l’environnement avant le début des travaux. Pour les bâtiments existants, il permet dorénavant de créer facilement des plans en 3D pour les réintégrer dans les logiciels BIM. Ensuite, durant le processus de construction ou de rénovation, il est utilisé pour réconcilier les ouvrages construits avec différents degrés de précision, et identifier les divergences entre le prévisionnel et la réalité pour les corriger.

Réconcilier la maquette avec la réalité bâtie

La numérisation laser 3D permet de créer en un temps record des représentations exactes à quelques millimètres près, mais suffisamment légères en poids informatique pour pouvoir être manipulées facilement par des logiciels pour générer un modèle 3D complet de la zone scannée extrêmement précis, aisément transférable et facilement partageable à travers toutes sortes d’outils logiciels. Ce processus est à comparer avec l’approche antérieure de la mesure au télémètre, affinée au mètre ruban, saisie dans des plans 2D, … qui pouvait prendre des jours sur site, puis des jours sur ordinateur pour constituer les plans, avec une précision parfois aléatoire qui devait ensuite être rectifiée sur chantier.

L’apport du numérique dans les outils de pointage et de mesure permet de réconcilier facilement les plans et la réalité construite pour implanter les marquages pour les percements nécessaires aux traversées de gaines et de canalisation, ou bien pour le scellement des supports pour chemins de câbles, etc.

Des gains de temps considérables

Trimble propose pour cela son ensemble Trimble MEP. Il se compose de la station d’agencement Trimble RTS 873, embarquant le logiciel Trimble Field Link, et une tablette puissante et durcie, conçue pour un emploi sans risque sur chantier. Les plans d’exécution, issus de Plancal Nova, sont chargés dans la tablette à l’aide de Trimble Field Link. Ensuite, sur le chantier, on commence par placer la station RTS 873 dans le bâtiment. Grâce à son GPS, elle s’autolocalise. Connectée à la tablette, elle récupère les données de la maquette numérique et affine son placement. A partir de la tablette, l’opérateur commande la session de pointage. Pour chaque point identifié, la station envoie un faisceau laser vert avec une précision de 2 mm à 2 km de distance. Il ne reste plus qu’à tracer les points. Le gain de temps est considérable. L’application la plus fructueuse du scan 3D se trouve naturellement en réhabilitation lourde. C’est même l’un des principaux outils de gains de productivité en réhabilitation. Il permet d’établir rapidement des plans, intérieurs et extérieurs, très précis, des bâtiments existants.

Une révolution pour la rénovation

Nominé au Concours de l’Innovation de Batimat, le scanner laser 3D Leica BLK360 Imaging Scanner de LEICA GEOSYSTEMS résout l’une des difficultés du BIM appliqué aux bâtiments existants. Dans ce cas, jusqu’à récemment, il fallait commencer par une saisie du bâtiment existant à l’aide d’instruments complexes par des opérateurs hautement qualifiés. Dorénavant, ce scanner change la donne. Il est le plus léger du marché. Il capture une image 3D à 360°, associée à un nuage de points. Il transfère ces données - images + points - vers l’application Autodesk ReCap Pro sur iPad. L’application filtre en diminuant  le nombre de points et enregistre les données en temps réel. De plus, il est associé à une caméra thermique qui capture une image en 360 x 70°. L’analyse d’une pièce prend moins de 3 minutes. Le scanner capture jusqu’à 65 millions de points avec une précision millimétrique à 60 m de distance. La maquette du bâtiment peut donc être facilement - et à moindre coût - être reconstituée, ce qui permet d’étendre les bénéfices de l’utilisation du BIM à l’ensemble du parc à rénover, soit 95% de l’activité du bâtiment. 

Dossier Innovation
Retrouvez tous les articles du Dossier Innovation
en cliquant ici.
Modéré par : Sylvain Bosquet

Autres actualités dans "Information"

#9 - Economie circulaire et construction : plaidoyer pour l’ACV

Publié le 18 nov. 2019 - 11:32

L’économie circulaire est aujourd’hui à l’agenda de nombreuses institutions. Collectivités, entreprises, Etats, etc. s’organisent en réseaux, préparent des plans d’action, feuilles de route et autres référentiels de bonnes pratiques (...)

#8 - Économie circulaire et réemploi des matériaux : Enjeux et pratiques pour les organismes Hlm

Publié le 18 nov. 2019 - 11:02

Au moment de l’examen du projet de loi relatif à la lutte contre le gaspillage et pour une économie circulaire, la réglementation sur les déchets de chantier du bâtiment, qui connaît d’importantes évolutions, intéresse les organismes (...)

Véhicules autonomes: des expérimentations pour évaluer les usages et l'impact sur les territoires

Publié le 18 nov. 2019 - 10:52

Spécialiste en matière de mobilité, d’infrastructures, d’instrumentation, le Cerema s’est impliqué dans la recherche et l’innovation sur les expérimentations de véhicules autonomes. Les enjeux sont autant techniques que sociétaux (...)


Commentaires