La demande énergétique européenne augmenterait à cause du changement climatique

Selon une étude menée par un climatologue travaillant pour la Commission européenne, les projections du changement climatique et des changements de population indiquent que la demande d'énergie augmentera globalement en Europe.



Comment estimer la demande d'énergie pour le chauffage et le refroidissement

L'indicateur «Degrés-jours de chauffage» est une mesure qui reflète la quantité d'énergie nécessaire, pour un jour ou une période donnée, pour chauffer l'environnement interne dans un climat froid à une température de base spécifiée. De même, l'indicateur «Degrés-jours de refroidissement» reflète la quantité d'énergie nécessaire pour refroidir l'environnement interne dans un climat chaud à une température de base spécifiée. En raison du réchauffement de la planète, l'indicateur «Degrés-jours de chauffage» devrait diminuer à travers l'Europe tandis que l'indicateur «Jours-degrés de refroidissement» augmentera. Selon la combinaison des deux, moins ou plus d'énergie sera nécessaire pour garder nos maisons, bureaux et usines à une température agréable toute l'année.

Pour l'Europe, l'évolution probable de ces indicateurs jusqu'à la fin du 21ème siècle a été étudiée pour un scénario intermédiaire et haut de gamme du changement climatique, visant à fournir des informations sur les impacts climatiques futurs sur les marchés européens de l'énergie. Les valeurs de température de base ont été choisies de 15,5 degrés Celsius pour les «degrés-jours de chauffage» et de 22 degrés Celsius pour les «degrés-jours de refroidissement». Ainsi, des jours avec des températures inférieures à 15,5 degrés Celsius ont été inclus pour estimer les changements d'énergie nécessaires au chauffage, et des jours avec des températures supérieures à 22 degrés Celsius pour estimer les changements d'énergie nécessaires au refroidissement. Les valeurs annuelles de l'indicateur «Degrés-jours de chauffage» ont été calculées comme la somme cumulée des «degrés-jours de chauffage» quotidiens pour la saison hivernale (octobre à mars). De même, cela a été fait pour les «degrés-jours de refroidissement» pendant la saison estivale (d'avril à septembre).

Moins de chauffage au Nord, plus de climatisation au sud

En général, l'indicateur «Degrés-jours de chauffage» devrait diminuer sur l'Europe, et plus prononcé dans le scénario haut de gamme du changement climatique et au-dessus de la Scandinavie et de la Russie. À l'inverse, l'indicateur «Degrés-jours de refroidissement» devrait augmenter, en particulier dans la région méditerranéenne et dans les Balkans. Les valeurs actuelles des «degrés-jours de refroidissement» pour le sud de l'Italie et la Grèce pourraient devenir normales pour le centre de la France et la Hongrie d'ici la fin du XXIe siècle. En outre, au cours des dernières décennies du siècle, l'utilisation de systèmes de refroidissement au milieu de l'été pourrait être adoptée dans des régions où elle est actuellement inhabituelle, comme le sud de la Scandinavie et les pays baltes.climatique a joué un rôle majeur dans la réussite du projet.

L'impact net sur la demande énergétique de l'Europe dépend de la croissance démographique

L'impact de ces changements sur la demande d'énergie dépend de la densité de la population en Europe. Après tout, une forte baisse des «degrés-jours de chauffage» dans les régions faiblement peuplées d'Europe du Nord pourrait ne pas avoir un impact important sur la demande énergétique de l'Europe. Une forte augmentation des «degrés-jours de refroidissement» dans la région méditerranéenne densément peuplée pourrait cependant être beaucoup plus importante pour la demande énergétique future de l'Europe.

Si la population devait rester constante vers 2100, l'effet combiné de ces changements serait une diminution progressive de la demande d'énergie en Europe. L'indicateur «Degrés-jours de chauffage» diminuera progressivement au cours du XXIe siècle et cette diminution l'emportera sur l'augmentation prévue de l'indicateur «Degrés-jours de refroidissement» dans les deux scénarios de changement climatique et pour tous les pays. Une économie d'énergie nette serait le résultat.

Cependant, la situation est différente si les projections de la croissance démographique future et du déclin au cours du XXIe siècle sont incluses dans les calculs. Puis, malgré le réchauffement persistant, la demande énergétique devrait augmenter sur l'Europe du Nord, les pays baltes, la Grande-Bretagne, l'Irlande, le Benelux, les Alpes, l'Espagne et Chypre, entraînant une augmentation globale de la demande énergétique en Europe.

L'article est apparu sur Climate Change Post et est un condensé d'un article scientifique par Spinoni et al., 2017. International Journal of Climatology.

Traduit de l'anglais par Construction21

Article publié sur Climate KIC
Consulter la source


Modéré par : Véronique Pappe

Autres actualités dans "Information"

Bâtiment Bas Carbone : « Gagner lentement c’est perdre »

Publié le 25 sept. 2018 - 11:21

[ENTRETIEN AVEC : Hélène Genin, Déléguée générale de l'association BBCA] L'association BBCA lance prochainement un label dédié à la rénovation, met à jour son référentiel pour la construction neuve et dévoile ses travaux à l'échelle (...)

5 Collectivités lauréates de l’appel à projets fonds air bois 2018

Publié le 25 sept. 2018 - 11:02

Le chauffage au bois individuel est une des sources de la pollution de l’air aux particules fines (PM10) qui est un enjeu majeur en France, causant 48 000 décès et coûtant à la société entre 302 et 100 milliards d’euros chaque année (...)

Problèmes de stationnement : Paris fait le point avec le Bâtiment

Publié le 25 sept. 2018 - 10:42

GRAND PARIS. La Fédération française du bâtiment Grand Paris et la ville de Paris ont présenté, ce vendredi 21 septembre 2018, des solutions pour faciliter l'activité des professionnels du bâtiment dans la capitale. A l'occasion d'une (...)


Commentaires





Recherchez parmi les Actus

Entrez votre propre mot-clé



Autres actualités



Catégories


Articles les plus lus