Installer des potagers sur les toits pour une ville durable

Dans la ville, la gestion des déchets, l’approvisionnement alimentaire, la sensibilité aux épisodes de canicules ou les risques d’inondations liées notamment à l’imperméabilisation des sols, sont autant de défis à relever pour rendre les agglomérations d’aujourd’hui plus durables. Ces problématiques invitent à repenser la conception des villes et l’agriculture urbaine est une solution parmi d’autres, susceptibles d’en favoriser les fonctionnements écologiques et d’engendrer des services écosystémiques. Néanmoins, alors que la contrainte foncière et les risques de pollution des sols urbains limitent le déploiement de telles initiatives, les toitures potagères apparaissent comme un des leviers important de développement d’espaces de culture et de nature en ville.

Dans la perspective d’évaluer les services écosystémiques inhérents à cette forme de végétalisation, des dispositifs innovants et expérimentaux exploitant des déchets urbains ont été installés en toiture. Une expérience d’intérêt qui révèle notamment un bon niveau de récoltes et des teneurs en métaux lourds des produits récoltés respectant les normes.

Cultiver sur les toits, de bons rendements et une rétention efficace des eaux de pluie

Les scientifiques ont mis en évidence que les niveaux de production des bacs sont comparables voir supérieurs à ceux de jardins familiaux en pleine terre (entre 4,4 et 6,1 kg/m² par saison de culture) et proches de ceux des maraîchers professionnels en agriculture biologique de la région francilienne. Les rendements sont peu différents entre les modalités testées, les Technosols constitués de déchets urbains étant aussi (voire plus) productifs que le terreau.

Les trois Technosols retiennent plus des trois quarts des eaux de pluie incidentes, contrairement à des toits nus. Quel que soit le Technosol, les teneurs en métaux lourds (Cd, Cu, Pb, Zn et Hg) des légumes sont largement inférieures aux normes en vigueur.

Enfin, les déchets organiques utilisés se dégradent et libèrent de ce fait progressivement leurs éléments constitutifs. En faisant un bilan des éléments entrant (eau de pluie et d’arrosage) et sortant du système (eau de drainage), les chercheurs ont observé que les Technosols retiennent plus de nitrate qu’ils n’en rejettent. Par contre, ils libèrent plus de carbone dissous dans les eaux de drainage que le terreau.

Vers des villes à haut niveau de service écosystémique

Ces résultats montrent que des toitures potagères low-tech, simples à conduire, permettent de recycler des déchets organiques et de produire des légumes sans recours à l’utilisation de fertilisants chimiques tout en captant des eaux de pluies. Intégrer des toitures productives constitue une réelle opportunité pour concevoir des villes à haut niveau de service écosystémique même s’il parait nécessaire d’explorer plus avant la nature des sols utilisés.

 « On parle beaucoup en ce moment des circuits courts, l’agriculture urbaine est une opportunité de transcrire cette logique au cœur des mégapoles en y apportant une valeur sociétale et environnementale », conclut Christine Aubry, co-auteure de cette étude.

Communiqué de l'Inra 
Lire l'article de Agronomy for Sustainable Development (an) 

Article publié sur Médiaterre Villes Durables
Consulter la source


Modéré par : Construction21 Team

Autres actualités dans "Information"

Viens chez moi, j’habite dans un garage

Publié le 20 avril 2018 - 11:51

A Paris, l’essor de la circulation automobile s’est accompagné de l’apparition d’un nouvel archétype bâti : le garage. Avec la fin annoncée du tout-voiture, leur devenir pose la question de leur reconversion. Transformer plutôt que (...)

Le Smart village de Cozzano en Corse utilise la donnée pour optimiser les systèmes

Publié le 20 avril 2018 - 11:20

Le village de Cozzano a entamé sa transition énergétique il y a 20 ans et ambitionne de devenir territoire à énergie positive. Les capteurs environnementaux et la data sont au cœur de ce projet de smart village. Le point avec Thierry (...)

Tri-VEL, l'initiative bretonne de recyclage-valorisation des déchets de chantier

Publié le 20 avril 2018 - 11:02

ÉCONOMIE CIRCULAIRE. Trois acteurs du monde de la construction et du recyclage s'allient en Bretagne pour créer une unité de tri des déchets de chantier. Elle devrait traiter 24.000 tonnes/an dont plus des trois-quarts seront valorisé (...)


Commentaires





Recherchez parmi les Actus

Entrez votre propre mot-clé




Autres actualités



Catégories


Articles les plus lus