Innovation! LIFI : accéder à internet via la lumière

Si l’on dépassait le processus Wi-fi, pour passer à l’accès internet par la lumière ? Le LIFI, une innovation permettant des gains d’énergie mais pas que ! ALTEREA vous décrypte cette innovation, avec ses objectifs, ses enjeux et ses bénéfices.

Concept

Le LIFI, ou « Light Fidelity » est un prototype élaboré par LUCIBEL, expert français dans l’éclairage, et SOGEPROM un promoteur immobilier multi-métiers appartenant à la Société Générale.

Cette technologie permet de transmettre des informations en usant des lumières LED modulées à un récepteur. Celui-ci, connecté à une prise jack d’un pc, téléphone ou tablette, décode alors la lumière et permet un accès à internet. Il s’agit du premier projet permettant une communication bidirectionnelle (les utilisateurs peuvent émettre et recevoir des données) à haut débit.

Expériences

L’entreprise et groupe immobilier NEXITY a été la première entreprise à tester le LIFI. Dix LIFIS ont été mis en place dans des salles de réunion, couvrant un diamètre d’environ 1m80. La moitié d’une salle captait alors de l’internet à haut débit via de la lumière.

A Paris, c’est une expérience dans le quartier Camille Claudel qui a réussi à convaincre la plupart des acteurs du secteur, de la performance du LIFI. 77 lampadaires ont été équipés de LIFI et ont montré des gains en consommation d’énergie. Cette expérimentation a été initiée dans le cadre de l’appel à projets « Démonstrateurs industriels pour la ville durable ».

Ce projet a démontré que le LIFI permet des gains économiques, puisqu’il rend obsolètes les câbles et la fibre optique qui sont habituellement installés pour de la Wifi. Il ne nécessite plus de  creuser des tranchées dans la voirie. Les coûts de production sont alors moindres. De plus, Le procédé est simple, il suffit de remplacer des ampoules par des LED, d’y connecter le LIFI et de brancher des récepteurs à un pc, portable ou tablette. Enfin, le LIFI permet d’atteindre une vitesse maximum de 224 Gigabits dans la transmission de données par seconde. Une innovation simple qui suscite de l’intérêt, autant pour l’éclairage public que dans l’habitat.

Les bénéfices du LIFI

Cette forme d’éclairage représente une réelle alternative face au Wifi qui diffuse habituellement des ondes radio nuisibles à la santé. Au contraire, le LIFI produit quant à lui des ondes lumineuses n’ayant aucun effet néfaste pour le corps humain.

Par ailleurs, la confidentialité est plus sécurisée grâce au LIFI. En effet, les données ne sont perceptibles qu’au sein des cônes lumineux, contrairement au Wifi qui traverse murs et plafonds.

Enfin au niveau du bâtiment,  le LIFI permet de réduire les consommations d’énergie, de par l’utilisation de LED et de l’absence d’équipement supplémentaire pour faire fonctionner cette technologie. De fait, il suffit de remplacer une ampoule lambda d’un éclairage du bâti par du LED LIFI.

Des enjeux

Toutefois le LIFI présente quelques contraintes :

  • L’obligation de se doter d’un récepteur branché à un pc, téléphone ou tablette et une prise jack pour capter les données émises de la lumière
  • Son incompatibilité avec d’autres éclairages artificiels, ce qui limite son utilisation aux installations rénovées ou futures
  • Enfin, son prix : 2 300€, 1 500 € l’appareil et 800 € le récepteur usb. Un prix assez onéreux, qui selon LUCIBEL, a peut-être prévu d’être diminué d’ici 2018 si les fonds pour le développement suivent

Article rédigé par ALTEREA

D'autres actualités sur www.alterea.fr


Modéré par : Sylvain Bosquet

Autres actualités dans "Information"

Citae s’envole pour le Salon International de l’Aéronautique et de l’Espace

Publié le 23 juin 2017 - 10:36

Pour cette nouvelle édition, Citae accompagne de nouveau le salon du Bourget sur l’ensemble des aspects accessibilité des lieux. En 2013, Citae avait été missionné pour la réalisation d’un audit sur l’accessibilité des personnes en (...)

Gouvernement : Jacques Mézard est le nouveau ministre de la Cohésion des territoires

Publié le 23 juin 2017 - 07:39

L’ancien ministre de l’Agriculture du gouvernement Philippe I remplace Richard Ferrand. Sénateur PRG du Cantal de 2008 à 2017, ministre de l’Agriculture du précédent gouvernement, Jacques Mézard, 69 ans succède donc à Richard Ferrand (...)

Déchets : la FNBM à l’heure des solutions

Publié le 23 juin 2017 - 07:39

Lors de la traditionnelle table-ronde suivant son Assemblée générale, la Fédération négoce bois matériaux (FNBM) a traité la question des déchets sous l’angle pratique, sans taire pour autant les difficultés. 77 % des points de vente (...)


Commentaires





Recherchez parmi les Actus

Entrez votre propre mot-clé




Autres actualités



Catégories


Articles les plus lus