Ingénieurs 2000 intègre la transition environnementale dans ses formations

 Ingénieurs2000  formation  Patrick Le Men  ingénierie  transition énergétique  transition digitale  apprentissage
Publié par Isabelle DELAUNAY

La ville durable ouvre de nouvelles opportunités professionnelles pour les jeunes. Des établissements de formation l’ont compris, comme Ingénieurs 2000 avec des formations en apprentissage dans les nouvelles technologies du durable.

Qu’est-ce qui différencie votre établissement ?

Patrick Le Men : Ingénieurs 2000 est un centre de formation des apprentis qui a déjà 25 ans. Nos formations sont tournées vers les sciences et les techniques. Notre différence réside dans notre conviction que l’apprentissage est la meilleure manière de former les ingénieurs de demain. Nous n’avons pas de ressources pédagogiques en propre, nous déléguons donc cette partie à de grandes écoles : les Arts et Métiers Paristech, l’ISTY -Université de Versailles, le CNAM, l’ESIPE et l’ESTP.

Nous cultivons une relation privilégiée avec le monde de l’entreprise. Nous comptons plus de 1000 partenaires entreprises et nous avons installé nos locaux à Montevrain, une zone en plein développement au plus près des professionnels.

Ingénieurs 2000 compte 1200 apprentis dont 1100 dans les formations de l’ingénierie. Nous proposons 12 formations en tout qui couvrent la mécatronique, l’électronique, le génie civil, et le génie énergétique, la mécanique, l’aéronautique et spatial, la maintenance, le génie industriel, la production d’énergie, etc.

A l’heure de la transition énergétique et environnementale, que proposez-vous à vos apprentis ingénieurs qui les préparent à ces défis ?

P. Le Men : Trois de nos formations répondent déjà à certaines des problématiques de la transition énergétique : la production d’énergie, le génie énergétique de la construction durable et les systèmes électroniques de puissance pour conversion d’énergie. Nous sommes également en train de développer une nouvelle formation pour septembre 2018. Elle sera dédiée aux matériaux et traitera de leurs caractéristiques physiques, chimiques, des process de fabrication et plus encore.
Les matériaux sont un des leviers de cette transition énergétique et environnementale.

Au-delà du contexte sociétal, nous sentons que les jeunes sont très sensibles au développement durable, notamment durant les échanges que nous avons dans les salons. La notion de transition vers un autre modèle n’est pas forcément encore entrée dans leur conscience, mais on sent une appétence pour les énergies renouvelables. C’est aussi pour cette raison que dans la formation génie énergétique de la construction durable (GECD), nous avons cherché à construire une maquette des compétences à acquérir pour travailler sur la performance énergétique dans la construction durable.

Il y a également une transition digitale, qui transforme nécessairement les modes d’apprentissage et les projets pédagogiques des étudiants

P. Le Men : Ingénieurs 2000 travaille déjà sur la transition digitale de l’industrie ou ce que l’on appelle l’usine 4.0 avec le Campus des Arts et Métiers Paris. Nous installons une plateforme de simulation de production robotisée et automatisée pour se rapprocher de l’usine du futur. Pour que ce projet fonctionne à plein, il faudra que nos 4 écoles d’ingénieurs y soient connectées. Nous pourrons ainsi faire travailler nos apprentis sur les multiples aspects de la smart factory ou Usine du futur : robotique, mécatronique, prédiction de maintenance…

Les premiers cours sur cette nouvelle production industrielle se feront cette année sous forme de TP. Sur ce sujet pionnier, nous apprenons en marchant, main dans la main avec les Arts et métiers. Mais nous savons déjà que le sujet passionne au-delà des apprentis : nous avons déjà été contactés par des entreprises pour mettre en place des formations professionnelles sur ce sujet.

A quoi ressemblera l’ingénieur du futur ?

P. le Men : L’ingénieur du futur devra travailler sur son savoir-être, faire évoluer sa relation aux clients et aux entreprises. Aux clients en étant créatif, en innovant et en développant une relation vraiment collaborative. Aux entreprises par une veille technologique constante qui lui permettra de comprendre leurs nouveaux modes de fonctionnement.

De ce point de vue, l’apprentissage est une excellente école pour les ingénieurs du futur. Nos jeunes sont triplement adaptables grâce à l’apprentissage :

  • Ils savent s’adapter à de nouveaux environnements professionnels et académiques selon le rythme de l’alternance
  • Ils sont mobiles – c’est une condition importante de l’apprenti qui doit être flexible géographiquement
  • Ils savent jongler avec les projets – nombreux sont nos apprentis à avoir participé partiellement à un projet, soit pour l’entamer, soit en arrivant en cours de route.

En savoir plus sur Ingénieurs2000

Modéré par : Sylvain Bosquet

Autres actualités dans "Information"

[REX - CREBA] Réhabilitation d’un immeuble situé en secteur protégé en logements à loyers modérés

Publié le 19 nov. 2019 - 11:30

Tous les mois et ce jusqu’à la fin de l’année, un nouveau retour d’expérience est mis en ligne sur le Centre de Ressources pour la Réhabilitation Responsable du Bâti Ancien CREBA. Ces retours d’expérience ont pour objet des réhabilita (...)

[Manifeste EnerJ-meeting Nantes 2019] Réhabilitation de bâtiments d’enseignement en site occupé, Le Mans Université

Publié le 19 nov. 2019 - 10:21

Initiée en 2012 par le Rectorat de Nantes pour l’université du Mans, la réhabilitation de l’UFR des Lettres cherche à concilier enjeux environnementaux et usages en mettant l’efficience énergétique au service de la qualité architectur (...)

#9 - Economie circulaire et construction : plaidoyer pour l’ACV

Publié le 18 nov. 2019 - 11:32

L’économie circulaire est aujourd’hui à l’agenda de nombreuses institutions. Collectivités, entreprises, Etats, etc. s’organisent en réseaux, préparent des plans d’action, feuilles de route et autres référentiels de bonnes pratiques (...)


Commentaires