GTC / GTB : fausse solution pour maîtriser l’énergie dans les agences bancaires ?

 GTC  gestion technique des bâtiments  GTC  Gestion technique centralisée  fausse bonne idée  agences bancaires 
Publié par Deepki SAS

L’augmentation du prix de l’énergie accentue l’enjeu de la maîtrise des charges pour les banques gérant un réseau d’agences conséquent. Si plusieurs moyens existent pour contrôler leur consommation énergétique, les gestionnaires de parc immobilier considèrent souvent la GTC / GTB comme des solutions miracles. Qu’en est-il réellement ? GTC /GTB sont-elles vraiment la panacée pour réduire les coûts liés aux dépenses d’énergie dans les banques ?

Installer une GTC / GTB pour maîtriser ses dépenses d’énergie : fausse bonne idée ?

Pour maîtriser leurs consommations d’énergie, les banques choisissent souvent de recourir à des technologies comme la GTC / GTB permettant de piloter les équipements de manière centralisée.

Rappelons que la GTC (gestion technique centralisée) permet de gérer un lot spécifique tandis que la GTB (gestion technique des bâtiments) s’applique à l’ensemble des installations (chauffage, éclairage, ventilation et climatisation, ascenseurs…). Dans les deux cas, le principe est de programmer, par le biais de boîtiers électroniques, l’arrêt des appareils en période d’inactivité pour réduire les dépenses d’énergie.

Si elle s’avère intéressante sous certaines conditions, cette instrumentation a pourtant des limites qu’il convient de connaître pour être sûr de l’utiliser à bon escient.

De fortes contraintes et des coûts importants pour faire vivre sa GTC / GTB

Nécessitant l’installation de boîtiers de commande sur tous les sites gérés, l’instrumentation complète d’un parc immobilier représente un investissement financier important. De plus, si elle permet d’avoir une vision globale de la gestion technique et énergétique des bâtiments, c’est à la seule condition que les équipes soient en capacité de traiter la masse d’informations générée quotidiennement (rapports de consommation, alertes de dépassement des seuils et autres indicateurs).

Les données de consommation doivent en effet être contextualisées selon la vie des sites et analysés pour être sources d’enseignement. La mise en place d’un système de GTC / GTB opérationnel nécessite donc une organisation solide basée sur une équipe formée à l’utilisation des outils et suffisamment grande pour traiter la quantité d’informations enregistrées.

Enfin, les règles qui régissent le fonctionnement des équipements doivent évoluer avec les besoins d’agences qui varient dans le temps (changement d’horaires d’ouverture, nouvelle organisation…). Les responsables techniques en charge des bâtiments oublient souvent la mise à jour des systèmes de gestion centralisée occasionnant ainsi des écarts importants entre le fonctionnement des appareils et les besoins concrets des agences bancaires.

Dans ces conditions, concentrez-vous d’abord sur l’analyse des données existantes avant de vous lancer dans l’installation d’une GTC / GTB dont la maintenance et l’exploitation peuvent être très onéreuses. Pour être pertinente, l’instrumentation doit rester au service des objectifs de l’organisation et non l’inverse. C’est en s’interrogeant d’abord sur les résultats actuels et les objectifs d’amélioration en adéquation avec les ressources disponibles que vous pourrez choisir une solution d’optimisation adaptée.

Article publié sur Deepki Datanergy
Consulter la source

Modéré par : Nadège Rigaudeau

Autres actualités dans "Information"

#13 - L'économie circulaire dans le cas des enrobés bitumineux : comment gagner la confiance de toutes les parties prenantes ?

Publié le 20 nov. 2019 - 12:25

Inventer ne suffit pas pour innover. Pour que des résultats de recherche soient utilisés dans la vie de tous les jours, ils doivent être acceptables et acceptés. Acceptables, pour les hommes de l’Art, cela veut dire qu’ils peuvent (...)

#12 - Bureaux d’étude et économie circulaire : de la nécessité de croiser les regards

Publié le 20 nov. 2019 - 12:03

Les réflexions et la prise en compte des enjeux de l’économie circulaire invitent à croiser les regards. Rencontre avec Jean-Claude Levy, géographe et historien, et Jean-Luc Reinero, ergonome : tous deux analysent le rôle et la place (...)

Université de l'environnement, bâtiment végétalisé quasi-autonome, Mexique - Lauréat Green Solutions Awards 2019

Publié le 20 nov. 2019 - 11:45

L'Université de l'environnement, après avoir remporté le prix Energie & Climats Chauds de la plateforme internationale, s'est qualifiée dans cette catégorie pour la finale... qu'elle a gagnée !  Une empreinte carbone minimale  : c’éta (...)


Commentaires