Coeur d'Essonne: mettons la transition agricole au cœur de la stratégie de développement du territoire !

 Dossier Agriculture urbaine  agriculture urbaine friche urbaine  fermes urbaines  urbanisme

Aux franges du Grand Paris, Cœur d’Essonne agglomération porte un projet innovant et ambitieux en consortium avec ses partenaires publics et privés. Ce projet, baptisé Sésame est un des lauréats les plus inspirants de la première phase de l’appel à manifestation d’intérêt TIGA des Investissements d’avenir.

 

A l’origine du projet, trois grands défis

 

  • Comment valoriser concrètement 75 hectares de foncier en reconversion – l’ancienne base aérienne 217 de Brétigny sur Orge, par un projet innovant, viable ET durable - qui apporte prospérité, bien-être et emplois pérennes, tout en préservant le capital naturel (terres arables, biodiversité, climat) – notre bien commun le plus précieux ? 
  • Comment maitriser l’artificialisation des terres sur le territoire, et comment inspirer la transformation du modèle agricole français vers une agriculture d’avenir sur un territoire encore fortement agricole ?
  • Comment lancer une dynamique de grande ampleur vers un « mieux manger pour tous » pour permettre à tous les habitants du territoire (sans conditions de ressources, agglomération et Grand Paris) de manger autant que possible local, bon et sain ?   Nous savons aujourd’hui que l’autonomie alimentaire de la capitale est ridiculement faible, que les produits frais viennent de tellement loin qu’ils en perdent le goût et l’intérêt nutritionnel, que les inégalités de santé liées à l’alimentation sont majeures, et que l’espérance de vie en bonne santé recule désormais en raison des maladies de la prospérité (diabète, obésité, maladies cardio-vasculaires) ?

Légende: L'ancienne base aérienne 217 de Brétigny sur Orge, terrain du projet l'envol

 

Une ferme agroécologique et des acteurs diverses

 

Ces défis sont saisis à bras le corps par Cœur d’Essonne en groupement avec un collectif robuste d’agriculteurs prêts à relever le challenge, ainsi qu’avec le GROUPE SOS (première entreprise sociale européenne avec  17 000 collaborateurs et 1 million de bénéficiaires en France), Fermes d’avenir – structure du GROUPE SOS, le premier groupe coopératif  agricole français INVIVO , des restaurateurs parisiens emblématiques avec leurs chefs étoilés (Le Septime et Dans le noir), NatureO, Akuo Energy (leader français indépendant des énergies renouvelables, porteur d’innovations majeures pour l’agri-voltaisme), Mémé Georgette – dynamiteur pour produits bio transformés – et avec les acteurs associatifs locaux.

 

Par cette nouvelle convergence d’intérêts, nous montrons ensemble que concilier économie, écologie et impact social positif est possible, et que c’est ici – sur cette base aérienne qui a porté pendant 50 ans un centre d’essais en vol exceptionnel que l’avenir d’une métropole humaine et résiliente se dessine.

Au coeur du projet se trouve déjà une première grande ferme agroécologique de 75 hectares assurant des productions diversifiées, afin d’ancrer l’évidence énoncée par le rapporteur spécial de l’ONU/la FAO Olivier de Schutter dès 2011 : « L’agroécologie n’est pas une solution, mais la seule solution », à la fois pour un approvisionnement quantitatif et qualitatif et pour une agriculture qui travaille avec et non contre la nature. La grande ferme ne suffira pas à nourrir tous les franciliens : Cœur d’Essonne va accompagner la création, la transformation et la transmission de 100 autres fermes du territoire, la création d’ateliers de transformation, le développement de circuits courts pour la distribution des produits.

 

Répondre à la tension alimentaire

 

Réussir un tel projet, c’est aussi saisir deux leviers indispensables au changement d’échelle d’une transition alimentaire à la hauteur des enjeux : le numérique et la formation. Deux axes sont en cours de développement actuellement : un programme d’incubateur AgTech et FoodTech pour mettre la transition numérique au service de la transition écologique du champ à l’assiette (et non pas développer le numérique pour le numérique), un dispositif de formation pour soutenir la transition des compétences des agriculteurs (jeunes, moins jeunes, futurs agriculteurs).

A la clé demain, plus de 2000 emplois pérennes directs, et 60 millions d’Euros d’investissements orientés vers un triple impact positif. Notre comité scientifique réunissant économiste, agronome, sociologue est là pour en témoigner.

Osons un grand projet partenarial pour renouveler la doctrine de développement du territoire francilien. Affirmons que prendre soin de la terre et des hommes n’est pas un supplément d’âme, mais une nécessité absolue si on pense le moyen et le long terme.

Investissons pour notre avenir à tous et mettons l’efficacité économique au service de l’intérêt général.

 

Article signé Hélène Le Teno, Directrice GROUPE SOS Transition Ecologique

Crédit photo: Balloid Photo

Modéré par : Alice Dupuy

Autres actualités dans "Information"

[Plateaux TV Batimat] C21 et Bati-Journal.TV partenaires : retrouvez nos experts bâtiment/ville durable et leurs REX

Publié le 22 oct. 2019 - 15:10

Nouvelle réglementation RE2020 et économie circulaire : deux sujets forts qui seront traités par Bati-Journal.TV sur Batimat et les plateaux qu’il organise. D’autres enjeux seront aussi abordés, tels que la rénovation, les matériaux (...)

Les futurs possibles de la ville durable

Publié le 22 oct. 2019 - 11:36

[Interview] – Ville du partage, villes en réseaux ou fuite de la ville ? Nous avons interrogé Marc-Olivier Padis du think-tank Terra Nova au sujet des futurs possibles de la ville durable. À l’occasion du Congrès International du Bâti (...)

Retour sur la journée technique "Données numériques et mobilités"

Publié le 22 oct. 2019 - 11:25

Le 3 octobre 2019, le Cerema Normandie-Centre a organisé à Rouen une journée technique consacrée aux apports du numérique pour améliorer la connaissance des mobilités et des politiques de gestion du trafic et de sécurité routière. (...)