Energie 4 Carbone 2 à 1200 €/m², c'est possible !

Publié par J L

La sortie du label Energie Carbone suscite des interrogations et des réserves sur le niveau d’ambition à se donner, par crainte d’une envolée des coûts de construction. Par la réalisation de ses nouveaux bureaux baptisés LowCal, le BE Enertech montre qu’il est possible d’atteindre le plus haut niveau de performance du label à un coût inférieur à celui du marché.

Le concept LowCal, c’est une approche résolument low-tech de la conception des bâtiments. Le principe : investir dans une enveloppe et une ventilation de grande qualité thermique et environnementale, permettant de générer des économies radicales sur les systèmes de chauffage. Enertech a ainsi opté pour des murs en ossature bois et isolation paille, deux puits de carbone, des isolants biosourcés en toiture (ouate de cellulose) et doublage des murs (complément en laine de bois).

L’enveloppe est compacte, orientée Sud, avec des menuiseries triple vitrage à haut facteur solaire bien répartis (44% plein Sud) et de surface maîtrisée (17% de la SHON). L’étanchéité à l’air est poussée au niveau Passif (test final : n50 = 0,64 vol/h sous 50 Pa, un peu au-dessus de l’objectif de 0,6 vol/h, soit Q4 = 0,19 m3/h par m² de parois sous 4 Pa). La ventilation est assurée par des caissons double flux décentralisés, qui évitent les réseaux et la complexité d’une régulation pièce par pièce par registre motorisé. Un simple interrupteur par bureau permet à l’utilisateur d’allumer son caisson de ventilation, ou d’ouvrir la fenêtre quand il le souhaite.

Le besoin de chauffage est alors si faible (moins de 4 kW.h/m² mesurés la première année !) que le bâtiment  se passe d’une installation de chauffage. De petits radiateurs mobiles d’appoint (4 x 1 kW, soit 7 W/m² de puissance installée) suffisent pour les 1 ou 2 mois où ils sont nécessaires, et ce malgré des apports internes très réduits (éclairage et bureautique à basse consommation). Absence également de climatisation malgré le climat de la Drôme provençale. L’absence de chaufferie, de distribution et d’émission de chaud et de froid constitue une sérieuse économie !

Résultat : avec sa toiture sud couverte de panneaux photovoltaïques (24 kWc), le bâtiment produit 7 fois plus qu’il ne consomme, tous usages confondus. Il remplit les critères du niveau Energie 4 du label Energie Carbone, ainsi que BEPOS+ Effinergie 2017.

 

Bilan des consommations tous usages et de la production photovoltaïque
du bâtiment LowCal, année 2016-2017

Du côté analyse du cycle de vie, la construction bois paille, mais aussi le recours à la terre crue et non au béton pour apporter l’inertie, mais aussi les entreprises locales (toutes sont à moins de 40 km du chantier), permettent de réduire les impacts environnementaux. Le projet atteint ainsi le niveau Carbone 2 du label E+/C-, ainsi que le niveau Excellence du label BBCA.

Le confort d’hiver comme d’été est assuré, dans l’ambiance intérieure chaleureuse du bois et de la terre crue. Les mesures sur l’été 2017 montrent que le bâtiment n’a jamais dépassé 28°C, grâce à la bonne gestion (manuelle) des occultations (notamment les BSO au Sud) et des aérations nocturne et matinale.

Illustration de la stratégie d’aération nocturne et matinale : températures intérieures,
extérieures et massique (au cœur d’un mur du R+1) sur la semaine la plus chaude

Et le coût alors ? Pari tenu également, le coût construction est de 1 120 € HT par m² SHON hors VRD, soit 25% de moins que la moyenne des bureaux. De quoi nous rendre optimistes et ambitieux pour la prochaine réglementation…

Article proposé par Enertech

Dossier E+C-
Retrouvez tous les articles du Dossier E+C-
en cliquant ici.
Communauté Améliorer l'environnement sonore
Intéressé(e) ? Rejoignez notre communauté consacrée au label énergie carbone.

Modéré par : Nadège Rigaudeau

Autres actualités dans "Information"

Bâtiment : une vision en temps réel pour prendre les bonnes décisions

Publié le 20 mai 2019 - 15:20

Grâce aux nouvelles technologies liées à l’IoT (Internet of Things) et aux GTB nouvelle génération (gestion technique de bâtiment), nous avons aujourd’hui la capacité d’avoir des informations en temps réel sur les parcs immobiliers (...)

Les préfets ont jusqu’à fin juillet 2019 pour réviser les contrats de ville

Publié le 20 mai 2019 - 11:34

Dans le but de respecter la feuille de route du gouvernement, la loi de finances pour 2019 a prolongé la durée des contrats de ville jusqu’en 2020. Edouard Philippe, le Premier ministre, a donc demandé aux préfets d’entamer, au plus (...)

Les cimentiers bûchent sur l'économie circulaire

Publié le 20 mai 2019 - 10:02

INNOVATION. A l'occasion du quatrième Workshop du CementLab, industriels et jeunes ont présenté des projets visant à implanter l'économie circulaire dans le cycle de vie des bâtiments. Lancé en janvier 2018 par l'Industrie cimentière (...)


Commentaires





Recherchez parmi les Actus

Entrez votre propre mot-clé



Autres actualités



Catégories


Articles les plus lus