Efficacité énergétique : « Les données existantes permettent de faire l’essentiel »

Sur LinkedIn, Erez Ofer, entrepreneur dans le secteur de l’énergie, évoquait une solution capable de collecter, en temps réel et directement sur le câblage électrique, les données de consommation d’énergie. Utile pour une meilleure efficacité énergétique ? Pas tout à fait. Décryptage, en compagnie de Vincent Bryant, président et cofondateur de Deepki.

Les objets connectés, un marché en plein boom

Erez Ofer commence son article en rappelant que, selon le McKinsey Global Institute, le marché de l’IoT (Internet des objets) devrait peser entre 3,9 à 11,1 milliards de dollars d’ici 2025. Ofer affirme que les objets connectés, grâce aux nombreuses données qu’ils produisent, seront à l’avenir un des principaux leviers de création de valeur dans tous les secteurs, et plus particulièrement celui de l’énergie.

Et parmi les objets connectés, Erez Ofer présente un capteur sans fil proposé par son entreprise d’alors, Panoramic Power. Ce capteur collecte en temps réel les données de consommation, puis les transmet dans le Cloud, où elles sont analysées puis présentées à l’utilisateur final afin qu’il puisse comprendre et suivre sa consommation.

Ce discours enthousiaste sur les objets connectés et la multiplication des capteurs est devenu monnaie courante. Et pourtant, cette démultiplication des données n’est pas garante d’un meilleur suivi de la consommation.

Les capteurs, nouvel eldorado ou miroir aux alouettes ?

Vincent Bryant analyse : « Vouloir produire de la donnée directement depuis les installations électriques, le principe n’est pas mauvais. En revanche, trois raisons m’amènent à penser que ce n’est pas adapté aux parcs de bâtiments :

  • Les solutions comme celles de Panoramic Power nécessitent une approche bâtiment par bâtiment. Quand vous avez 10 bâtiments, la solution est adaptée et le coût raisonnable. En revanche, quand vous en avez 100, le coût grimpe en flèche et le temps de paramétrage est bien trop élevé.
  • On croit trop souvent que les données dont les entreprises disposent n’ont pas beaucoup de valeur. Or, en utilisant les bons algorithmes, il est possible d’obtenir des analyses très poussées. Les données existantes suffisent à faire l’essentiel !
  • Enfin, il est évidemment possible d’aller plus loin en installant du comptage. Mais il faut limiter la production de données inutilisées, et pour cela, il est nécessaire d’adopter ce genre de technologie au bon moment, lorsque les données présentes ont déjà été exploitées. »

 

Avant de créer de la donnée, il faut donc exploiter celle qui existe déjà. Une façon de gagner du temps… et du budget !

Pour aller plus loin :

Article publié sur Deepki Datanergy
Consulter la source

Modéré par : Nadège Rigaudeau

Autres actualités dans "Information"

Usages de l’agriculture urbaine

Publié le 23 janv. 2019 - 15:30

Cultiver des paysages comestibles, de la symbolique à l’expérience du vivant Parmi les différentes fonctions remplies par l’agriculture urbaine, reconnecter les urbains au vivant est probablement la plus largement reconnue et admise (...)

Evolutions des agricultures urbaines à Paris et autour de Paris depuis le Moyen-Age

Publié le 23 janv. 2019 - 15:00

Le recul des terres agricoles et l’augmentation de la population ont amené très tôt Paris et ses alentours à initier une réflexion autour de l’approvisionnement alimentaire. La végétalisation de la ville et la production urbaine de (...)

La formation Construction21 pour développer votre business grâce aux réseaux sociaux

Publié le 23 janv. 2019 - 12:30

Construction21 est au service des professionnels du BTP pour accélérer la transition environnementale du secteur. Il est visité chaque mois par 32 000 professionnels du secteur intéressés par le durable.Faites appel à notre compétence (...)


Commentaires





Recherchez parmi les Actus

Entrez votre propre mot-clé



Autres actualités



Catégories


Articles les plus lus