De la permaculture intégrée dans un programme d’immobilier tertiaire

L’alimentation était envisagée par Shake, programme d’immobilier tertiaire pour la Caisse d'Epargne, comme un vecteur de développement durable pour la ville : activité économique, atténuation des ilots de chaleur, renforcement de la biodiversité. L’agriculture urbaine sur le bâtiment étant trop onéreuse et pas assez productive, Shake a fait appel à SAALTUS.

 SAALTUS est un cabinet de conseil créé en 2010, spécialisé dans les partenariats agriculteurs-entreprises pour le développement de projets agro-écologiques. L’ambition de SAALTUS est de montrer aux entreprises que l’arbre et le végétal peuvent être créateurs de valeurs pour elles. L’arbre et le végétal offrent à l’entreprise des opportunités de répondre à ses enjeux socio-environnementaux. Les projets liés à l’arbre, à l’agroécologie sont porteurs de bénéfices intrinsèques pour l’environnement dont l’entreprise va profiter : biodiversité, protection des ressources naturelles comme l’eau ou les sols, atténuation du changement climatique et de ses effets. Ils sont également porteurs de bénéfices parce qu’ils sont fédérateurs pour les équipes et les parties-prenantes, parce qu’ils singularisent une offre et parce qu’ils permettent de valoriser certaines ressources de l’entreprise qui ne le sont pas encore. Saaltus travaille avec ses clients à l’échelle de leurs sites, de leur activité ou produit et de leurs filières.

Les actions menées sont multiples : de la plantation symbolique (team-building) à la création complète de nouvelles filières végétales en agro-écologie, en passant par des programmes de plantation d’ampleur, des études et aménagements de sites multi parties-prenantes (association naturaliste, collectivités et agences de l’eau locales, institut de recherche et agriculteurs,).

 SAALTUS a élaboré un projet permaculturel avec une maraîchère à moins de 10km du bâtiment.

Après un parcours en tant que préparatrice en pharmacie puis technicienne en bureau d’étude d’aménagement paysager, Lucie Rouzé s’est formée en permaculture pour s’installer en maraichage biologique en 2010, à Wambrechies près de Lille, sur 3 hectares.

 Les problématiques qu’elle a rencontré au fil des années sur la ferme sont liées au manque de diversité arboré. Les vergers et les haies jouent un rôle d’habitat pour la faune et la flore, un rôle de tampon grâce à leurs racines profondes qui drainent les excès d’eau et permettent d’atténuer des inondations comme celles de 2016, un rôle d’ombre pour limiter l’évaporation lors des épisodes de canicule qui se répètent (2017 et 2018). Les feuilles et menus branchages ainsi que les déchets de taille offrent un paillage du sol en l’hiver qui protègent et nourrissent le sol. Enfin les arbres et arbustes ont un rôle de brise vent qui protègent les cultures des tempêtes de plus en plus fréquentes et violentes.

Le projet permacuturel vise à créer un écosystème autonome avec une grande diversité en associant des plantes et petits-fruits à cette strate arbustive et arborée. Plus la diversité est grande plus l’écosystème s’équilibre, avec moins de ravageur et de maladies.

Enfin, la production augmentera grâce aux nouvelles plantations productives et grâce aux vertus brise-vent qui entraîneront une augmentation des rendements.

 Pour fêter le lancement du programme en 2019, SHAKE finance l’aménagement d’une parcelle, participant au soutien de l’agriculture péri-urbaine et à sa transition vers des pratiques plus durables. Le partenariat sera complété par la vente de paniers de fruits et légumes sur le futur site dès que le bâtiment sera sorti de terre.

 Le menu met l’eau à la bouche : 27 variétés de tomates anciennes, 20 variétés de chou (chou vert, chou rouge, chou de bruxelles, chou fleurs, chou brocoli, chou raves, chou kale, chou de milan), 6 variétés de carottes, 15 variétés de courges (potimarron, butternut, jack be little, galeuses d’eysines, spaghetti, patidou, potiron,), 10 variétés de haricots, pois…

Des produits sains et frais grâce au circuit court créé !

 La métropole chauffe et perd progressivement en biodiversité. À cause de ce qui se passe en ville mais aussi à ses portes. Ce projet est porteur d’un message fort qui consiste à faire comprendre aux citadins et aux entreprises que la ville, son climat et son approvisionnement, dépendent des territoires péri-urbains et ruraux qui l’entourent. Le partenariat SAALTUS-NACARAT pour SHAKE constituera une illustration concrète de cette prise de conscience.

Article signé Claire Dages, coordinatrice chez Saaltus
Modéré par : Clément Gaillard

Autres actualités dans "Information"

Concours international Green Solutions Awards 2019 : qui sont les gagnants luxembourgeois ?

Publié le 17 oct. 2019 - 13:20

Après une campagne nationale intense, qui aura permis de découvrir de nouveaux bâtiments durables, l'édition 2019 des Green Solutions Awards s’est achevée le 14 octobre dernier. Rendez-vous était donné à la Home & Living Expo à Luxemb (...)

BEE2Energy : suivi des consommations d'énergie pour les smart cities

Publié le 17 oct. 2019 - 11:02

Collecter des informations sur la consommation énergétique des équipements est une première étape pour améliorer la performance de nos bâtiments, mais il est tout aussi essentiel d’organiser et de traiter ces dernières. C’est ce que (...)

Commande Publique et Economie Circulaire : Un nouvel outil pratique et gratuit

Publié le 17 oct. 2019 - 11:02

Dans le sillage de la loi d’Economie Circulaire et dans le cadre de l’appel à projet OPREVAL de l’ ADEME , l’Institut pour la Transition Energétique du bâtiment NOBATEK/INEF4, le Syndicat mixte des déchets Bil ta Garbi et l’associatio (...)


Commentaires





Recherchez parmi les Actus

Entrez votre propre mot-clé



Autres actualités



Catégories


Articles les plus lus