[D2Grids] Décarboner les villes avec les réseaux de chaleur de 5e génération

Publié par Mark Woodward

Dans son rapport au Parlement britannique en juin 2018, la Commission sur le Changement Climatique a conclu que les progrès considérables réalisés en matière de réduction des émissions dans le secteur de l'électricité masquaient de façon significative les défaillances dans d'autres domaines du secteur énergétique, notamment le chauffage et le refroidissement.

En effet, le secteur de l’électricité représente à lui seul 75% des baisses d’émission de gaz à effet de serre. Depuis 1990, le Royaume-Uni a ainsi réussi à diminuer de 43% ses émissions. Mais de nombreux progrès restent à accomplir dans les autres secteurs. Voir le diagramme ci-dessous.

SOURCE: “Reducing UK emissions – 2018 Progress Report to Parliament” Committee on Climate Change, June 2018

En comparaison, la ville de Helsingborg en Suède a réduit ses émissions de 90 % au cours de la même période. La différence réside dans l'engagement à décarboner le chauffage et la climatisation.

Dans les années 1970, la Suède a été durement touchée par la crise pétrolière. Contrairement à des pays comme le Royaume-Uni et la Norvège, la Suède n'avait pas de réserves de pétrole et de gaz et n'a donc pas pu, par le biais des ventes, atténuer les coûts supplémentaires qui ont suivi le triplement du prix du pétrole et du gaz.

En conséquence, Helsingborg a dû trouver un nouveau moyen de fournir du chauffage et du refroidissement à sa population. Les réseaux de chaleur ont apporté la solution. Neutres sur le plan technologique, ils ont ouvert le marché à divers fournisseurs de chauffage et de refroidissement qui ont pu approvisionner le réseau.

En 2019, 96 % de la chaleur fournie au réseau de chaleur de Helsingborg provient de sources renouvelables, la chaleur résiduelle industrielle représentant la plus grande partie, soit environ 25 %. Jusqu'à 10 % sont fournis par la chaleur récupérée dans le réseau d'égouts.

Dans ce contexte, il apparaît alors insensé de construire de nouvelles centrales électriques au gaz et au pétrole pour produire de la chaleur alors qu'une si grande partie de la chaleur que nous créons est gaspillée. Il est d’autant plus insensé de gaspiller les ressources de refroidissement tout en investissant dans des refroidisseurs et autres infrastructures de refroidissement.

La vertu de la cinquième génération de chauffage et de refroidissement urbains (5GDHC) est qu'elle fait correspondre les charges de chauffage et de refroidissement en temps réel et utilise le stockage, y compris le stockage souterrain dans les anciennes mines, pour la gestion de la demande.

Le Royaume-Uni connaît un problème structurel en matière de coûts énergétiques car le prix de l'électricité est 3 à 4 fois supérieur à celui du gaz, justifié par une série de facteurs, dont la charge disproportionnée des charges énergétiques autres que les produits de base sur l'électricité. Le Royaume-Uni ayant choisi d’adopter le gaz comme combustible de choix pour le chauffage, il devra maintenant faire face à des pressions politiques, économiques et sociales rendant le changement périlleux. En effet, toute augmentation du prix du gaz aurait un impact drastique sur les ménages les plus précaires, en particulier ceux touchés par la précarité énergétique.

La réglementation sera probablement le principal moteur du changement. A cet effet, le Comité britannique sur le Changement Climatique a recommandé de mettre fin aux raccordements au gaz des nouveaux aménagements et des nouveaux logements d'ici 2025. Cette suggestion a déjà un impact sur l'attitude des promoteurs qui envisagent dès à présent des modèles d'infrastructures énergétiques alternatifs qu'ils jugeaient auparavant trop coûteux.

Il s'agit là d'une excellente occasion pour la 5GDHC. Le projet pilote D2Grids à Nottingham démontrera l'efficacité de la 5GDHC en utilisant les chantiers miniers pour le stockage du chauffage et du refroidissement et donnera une impulsion à l'adoption de la 5GDHC à l’échelle plus large du  Royaume-Uni et dans le monde.

 

Crédit photo : Alex Vasey via Unslpash

 

Mark Woodward

Nordic Heat – The Smart City Alliance

En savoir plus sur le projet D2Grids 

Modéré par : Construction21 Communication

Autres actualités dans "Information"

L'idée d'un recours administratif contre la RE2020 fait son chemin

Publié le 29 janv. 2020 - 11:52

COLÈRE. Ce n'est pas encore une fronde. Mais un vent de contestation se lève contre la future réglementation environnementale 2020, après la publication d'arbitrages étatiques favorisant le chauffage électrique et le retour des convec (...)

Chiffres de la construction : le millésime 2019 est moins bon que celui de 2018

Publié le 29 janv. 2020 - 10:34

CONJONCTURE. Le ministère de la Cohésion des territoires a publié les chiffres de la construction de logements et de locaux pour l'année 2019 : 449.400 habitations ont été autorisées l'année dernière, en recul de 2,3% par rapport à (...)

Eiffage récompense des start-up de sa plateforme Sekoya

Publié le 29 janv. 2020 - 10:16

ENVIRONNEMENT. Quelques mois après le lancement de la plateforme carbone et climat Sekoya, Eiffage, Impulse Partners et les partenaires du club ont mis en avant des jeunes pousses innovantes œuvrant pour des solutions bas carbone. (...)


Commentaires