Baromètre de l'habitat sain 2016 : les bénéfices d’un habitat sain sur la santé des Français

Près des ¾ des Français souffrent de maux de gorge et d’écoulement nasal

Symptômes de type grippal, états de fatigue chronique : une nouvelle étude pointe les bénéfices d’un habitat sain sur la santé des Français.

Les Français qui habitent un logement insalubre présentent un état de santé général plus fragile et souffrent plus souvent de symptômes de type grippal et de fatigue : tel est l’enseignement majeur d’une nouvelle étude menée conjointement par VELUX et l’Université allemande Humboldt dans le cadre du Baromètre de l’Habitat Sain. L’étude pointe du doigt cinq critères caractérisant l’insalubrité et incite l’industrie du bâtiment et les décideurs publics à œuvrer ensemble pour améliorer le bien-être et prévenir les pertes de productivité économique corollaires.

 

Les résultats du Baromètre de l’Habitat Sain VELUX indiquent que près de 20 % des Français se plaignent de leur état de santé (idem chez les Européens) ou manquent d’énergie en permanence(vs 25 % des Européens), et 71 % souffrent de maux de gorge et d’écoulement nasal (vs 66 % des Européens). Ce fléau nuit à la qualité de vie, mais aussi à l’économie, étant cause potentielle d’importantes pertes de productivité.

Selon le Groupe VELUX, le coût potentiel imputable aux congés maladie, aux traitements et autres conséquences d’une mauvaise qualité de vie, se chiffre en milliards d’euros pour la société. Pour exemple, les données tirées de l’Office national britannique des Statistiques indiquent que le Royaume-Uni a perdu en 2013, l’équivalent de 27 millions de journées de travail du fait de simples affections bénignes comme la toux, le rhume ou la grippe. La prévention de ces seules affections permettrait à la société d’économiser des milliards et d’accroître la productivité.

Afin de mieux comprendre les facteurs de risques sanitaires associés aux logements des Européens, le Baromètre de l’Habitat Sain a interrogé 14 000 personnes dans 14 pays européens, dont la France.

“L'un des principaux enseignements du Baromètre de l’Habitat Sain est que le logement dans lequel nous vivons a un véritable rôle à jouer sur l’amélioration de la santé des Français. Un logement offrant de bonnes conditions de sommeil, un climat intérieur confortable et un éclairage naturel abondant est la clé du bien-être et de la santé. Les résultats de cette étude doivent être pris en compte à la fois par les acteurs du bâtiment et les décideurs politiques, et en même temps que les enjeux énergétiques, servir d’orientation à la rénovation du parc immobilier existant et à la construction de nouveaux bâtiments."
 
Catherine Juillard, Directrice Bâtiments Durables et Relations Institutionnelles de VELUX France
 

Cinq critères caractéristiques d’un habitat sain

D’après les 14 000 Européens sondés dans le cadre de l’étude, les critères qui amènent à se sentir bien chez soi se confondent en partie avec ceux qui ont une incidence sur la santé. Bonne qualité de sommeil, quantité d’air frais, abondance de lumière naturelle et faible taux d’humidité, figurent parmi les cinq critères caractéristiques d’un habitat sain. Des critères qui portent à la fois sur la construction des logements et sur les habitudes de vie quotidiennes.

L’étude montre que ces éléments ont une incidence directe sur la santé des occupants :

L’éclairage naturel

Pour les Français, habiter un logement suffisamment baigné de lumière naturelle diminue de près de moitié le risque de manquer de vitalité.

En France, la lumière naturelle a un impact plus important sur la santé que la moyenne européenne. Pour les Français qui manquent de luminosité dans leur logement, 53 % d’entre eux manquent d’énergie (vs 41 % des Européens). La proportion tombe à 19 % (vs 21 % des Européens) en cas de luminosité suffisante.

Les conditions de sommeil

Les Français dont le logement est propice à un sommeil réparateur ont 2 fois plus de chance de se sentir en bonne santé et bonne forme (idem au niveau européen).

Dans la réalité, 65 % des Français (et 71 % des Européens) ne jouissent pas de conditions de sommeil optimales. Un tiers déclarent avoir eu un sommeil de très mauvaise ou d’assez mauvaise qualité au cours des quatre dernières semaines.

La température intérieure

Les Français qui vivent dans un logement froid présentent un risque d’infections rhino-pharyngées 3 fois plus important. Au niveau européen, ce risque est multiplié par 2.

En parallèle, 60 % des Français (et 78 % des Européens) ont ponctuellement souffert du froid à l’intérieur de leur logement au cours de l’hiver dernier. 16 % (et 15 % des Européens) déclarent en souffrir de manière chronique ou permanente.

L’aération

Les Français qui aèrent leur logement deux à quatre fois par jour sont 2 fois moins exposés au risque de souffrir de fatigue que ceux qui n’aèrent jamais leur logement (idem au niveau européen).

Les résultats du Baromètre montrent que 68 % des Français (et 59 % des Européens) n’aèrent pas leur logement au moins deux fois par jour.

Le taux d’humidité

Les Français dont le logement a de la moisissure présentent un risque 2 fois plus élevé de souffrir de sécheresse ou d’irritation de la gorge (idem au niveau européen).

Parmi les Français qui ont de la moisissure dans leur logement, 49 % déclarent souffrir de sécheresse ou d’irritation de la gorge (bien en dessous de la moyenne européenne qui est de 60 %).

 

Un logement rénové est la première clé de satisfaction des Français

L’étude examine également les facteurs qui amènent à se sentir bien chez soi et à être satisfait de son logement. Le Baromètre de l’Habitait Sain montre que plus de la moitié des Français (54 %) sont peu satisfaits du logement dans lequel ils vivent. Quand on les interroge sur les critères qui contribuent à leur satisfaction vis-à-vis de leur logement, ils indiquent en premier lieu un logement bien rénové suivi par la taille du logement et de bonnes conditions pour un sommeil de qualité.

Enfin, quand on les questionne sur leurs motivations à rénover leur habitat, ils placent coude à coude la volonté de réduire les coûts énergétiques (81 %) et celle d’améliorer le bien-être et le confort au sein du logement (80 %).

“Les résultats du Baromètre confirment qu’il est essentiel d’élargir notre perception de l’habitat durable, en associant systématiquement en amont des projets, la recherche d’économie d’énergie et celle d’un cadre de vie sain et confortable : il est clé d’embarquer la notion de confort et de santé dans la rénovation énergétique de l’habitat."
 
Catherine Juillard, Directrice Bâtiments Durables et Relations Institutionnelles de VELUX France
 
 

À propos du Baromètre de l’Habitat Sain :

Le Baromètre de l’Habitat Sain présente les principales conclusions d'une étude pan-européenne sur les expériences, les attitudes et les comportements des citoyens européens en ce qui concerne la perception de la santé, la satisfaction de la maison et la consommation d'énergie. La première édition du Baromètre a été publié en Avril 2015.

En octobre 2015, un questionnaire a été soumis à 14 000 personnes résidant dans les pays suivants : Autriche, Belgique, République Tchèque, Danemark, France, Allemagne, Hongrie, Italie, Pays-Bas, Norvège, Pologne, Espagne, Suisse et Royaume-Uni. Les quatorze pays sondés représentent plus de 430 millions d’Européens, c’est-à-dire plus de 70 % de la population totale du continent (en dehors de la Russie). En outre, les pays choisis ont des situations géographiques différentes et n’ont pas tous les mêmes superficies. Deux sociétés indépendantes, Operate A/S et Wilke, ont été chargées de l’élaboration et de l’analyse du questionnaire. Le Baromètre de l’Habitat Sain fait également l’objet d’un suivi universitaire de la part du professeur Dr. Dr. h. c. Bernd Wegener, de l’université de Humboldt, à Berlin.

 

Article publié sur Velux

Consulter la source

 

Modéré par : Construction21 Team

Autres actualités dans "Information"

#7 - Economie et industrie circulaire

Publié le 15 nov. 2019 - 12:02

Avec la Feuille de Route pour l’Économie Circulaire de 2018 et aujourd’hui la préparation de la loi « anti-gaspillage pour une économie circulaire », les contours juridiques de l’économie circulaire se dessinent. Ils vont contribuer (...)

[REX - CREBA] Reconversion d’une grange seigneuriale en logement performant

Publié le 15 nov. 2019 - 11:32

Tous les mois et ce jusqu’à la fin de l’année, un nouveau retour d’expérience est mis en ligne sur le Centre de Ressources pour la Réhabilitation Responsable du Bâti Ancien CREBA. Ces retours d’expérience ont pour objet des réhabilita (...)

#6 - Economie circulaire, matériaux biosourcés et compostabilité

Publié le 15 nov. 2019 - 11:02

La fin de vie des matériaux biosourcés est encore mal connue, du fait du caractère récent du déploiement de ce type de matériaux au sein des constructions. Cependant, une étude réalisée par l’ADEME[1] estime l’arrivée des premiers (...)


Commentaires