#20 - Aménagement du site Matra à Romorantin : illustration de la résilience d’un quartier face aux inondations

 résilience urbaine  inondations  gestion d'eau

Frappé par des inondations sans précédent en 2016, avec un dépassement de 60 cm le niveau de la crue de 1910, le quartier Romo 1 à Romorantin dessiné par l’architecte Eric Daniel-Lacombe sur l’ancienne friche Matra, en pleine zone inondable, a plutôt bien résisté. Avec ses immeubles surélevés, ses parkings ouverts et ses circulations d’eau, cet ensemble de 150 logements, aménagé entre 2010 et 2016 au bord de la rivière, a en effet été pensé pour être résilient en cas de crue.

 

Le secteur n’a pas échappé à la montée des eaux. L’épisode de crue, que l’on a ensuite qualifiée de « millénale », était tel que l’eau est allée lécher les balcons des logements du « bateau-lavoir », stoppée à tout juste 5 cm des parquets mais les logements sont restés au sec, et seules les parties communes les plus basses situées au niveau des parkings ont été mouillées. « Le but n’était pas d’empêcher l’eau de passer, en érigeant par exemple une digue, qui, dans le cas présent, aurait été submergée, explique l’architecte Eric Daniel-Lacombe. Au contraire, tout a été conçu pour permettre aux habitants de voir l’eau monter par paliers et leur donner le temps de s’organiser et de décider s’ils voulaient rester ou quitter leur logement ». Notamment la construction a prévu des trottoirs et des passages surélevés pour permettre aux habitants de sortir de chez eux.

 

Crédit photo :  Dans le quartier Matra à Romorantin. DR. Inondations : un quartier touché mais pas coulé, paru dans Libération du 27 juin 2016

« Les immeubles neufs sont séparés du sol et préservés des fluctuations de l’eau par de longs socles de parking inondables formant un canal de rétention, et les maisons dispersées sont décollées du sol par des pilotis n’entravant pas le passage de l’eau. Ainsi peut-on lire les mouvements futurs de l’eau envahissant le quartier en observant la rencontre entre les façades et la terre. Le quartier tout entier est un abri pour ses habitants et les riverains en aval. »

 

Autre avantage, le retrait des eaux a été très rapide, dans les 24 heures qui ont suivi le pic de crue, avec à la clé des dégâts bien moins importants qu’ailleurs puisque que l’autre partie du centre historique est restée noyée quinze jours sous les eaux et que le département du Loir-et-Cher fut fortement endommagé. « Le quartier a été conçu pour stocker une partie de l’eau dans un bassin de rétention, ralentir le flot supplémentaire et le canaliser afin qu’il retourne à la rivière en aval, moins turbulent qu’à son entrée », explique l’architecte. Mais aussi pour améliorer le cadre de vie quotidien. Le bassin de rétention n’est pas une vaste cuve de béton. L’architecte des éléments persiste et signe : « L’inondation est aussi un spectacle de la nature » qu’il vaut mieux regarder en face, en rendant « les risques visibles. » « Nous nous sommes battus pour qu’il y ait en permanence un peu d’eau, des plantes et une passerelle pour le traverser alors que les techniciens le voulaient vide pour accueillir un maximum d’eau », se souvient Eric Daniel-Lacombe, l’architecte du quartier.

 

Le Bateau-Lavoir Il ne s’agit pas d’un trucage, mais d’une vue pendant l’inondation et d’une autre après le repli de l’eau, comme quoi une architecture prévoyante garantit d’avoir les pieds au sec!

 

Éric Daniel-Lacombe a reçu le « Grand Prix d’aménagement 2015 : comment mieux bâtir en terrains inondables constructibles ? » pour cette opération. 

 

FICHE TECHNIQUE

Lieu : Romorantin-Lanthenay (41200) – Site Matra.

Programme : un nouveau centre-ville comme affluent temporaire de la rivière (50 logements collectifs, 10 logements individuels, 104 logements en résidence seniors, 8 logements en bande, routes et jardins).

Maîtrise d’ouvrage : Ville de Romorantin-Lanthenay, Immobilière Centre Loire (3F Jacques Gabriel), Aegide Nexity.

Maîtrise d’œuvre : Éric Daniel-Lacombe (architecte), Bernard Lassus (paysagiste).

Bureau d’études : BECRI (économiste), ATPS (thermique), Aubert Structures.

Surface : Aménagement d’un site de 6 ha et construction de 20 000m²(SHON).

Calendrier : 2006-2010.

 Pour savoir plus EDL Architecte

 Un article signé Éric Daniel-Lacomb, Architecte chez EDL architecture.

Sources :
-          Eric-Daniel LACOMBE et Thierry PAQUOT, Romorantin : vivre avec l’indiscipline des eaux, Revue Ekologik n°52 déc-jan-fév 2016/2017 pages 40 à 45.
-          Laurence TEXIER, Eric-Daniel Lacombe architecte dans ses éléments, La nouvelle République du 26 avril 2018
-          Sybille VINCENDON, Inondations : un quartier touché mais pas coulé, Libération du 27 juin 2016
Modéré par : Izadora Alcanfôr

Autres actualités dans "Information"

Lancement de l'Appel à Projet MANUFACTURING FACTORY Saison 3

Publié le 11 déc. 2019 - 11:35

Atlanpole et le Centre de Ressources en Innovation C.R.I., ouvrent le 5 décembre les candidatures pour la saison 3 de Manufacturing Factory avec le soutien de leurs partenaires : Airbus, Banque Populaire Grand Ouest, Schneider Electr (...)

COP25 : Le niveau d'ambition en matière d'énergies renouvelables dans les CDN doit doubler d'ici 2030

Publié le 11 déc. 2019 - 10:25

Un nouveau rapport de l'IRENA appelle les décideurs politiques à élargir les CDN par le biais des énergies renouvelables et à remporter la lutte contre le réchauffement climatique. Madrid, Espagne, 6 décembre 2019 – Dans un nouveau (...)

Les villes peuvent-elles relever le défi climatique ?

Publié le 11 déc. 2019 - 10:10

La lutte contre le réchauffement climatique s’est imposée au sommet des urgences environnementales, mais les actes suivent encore trop peu les intentions. Et si les villes, davantage que les Etats ou les instances internationales, (...)


Commentaires