AFAUP : une association pour regrouper les acteurs de l'agriculture urbaine

L’AFAUP, l’Association Française d’Agriculture Urbaine Professionnelle, est la première association nationale regroupant à l’échelle d’un pays les acteurs du développement de l’agriculture en ville. D’autres pays comme la Belgique ou le Portugal pourraient suivre le mouvement…

En 2016, avec la multiplication du nombre de projets et sous l’impulsion de quelques pionniers de l’agriculture urbaine , le besoin est apparu de fédérer les acteurs en une association professionnelle pour communiquer d’une seule voix et pour et pour mieux les représenter . Cette association marque un pas vers une nouvelle organisation professionnelle agricole, d’un genre un peu nouveau. Elle entend bien pérenniser cette « nouvelle » activité du XXIème siècle afin qu’elle ne devienne pas qu’un simple phénomène de mode au vu de tous les bénéfices qu’elle apporte à la ville et aux urbains. De par sa multiplicité de formes, elle offre des réponses concrètes en permettant notamment de : reconnecter les citoyens au vivant, créer du lien social, améliorer l’alimentation et l’autonomie alimentaire des villes, recycler les déchets, l’air, l’eau, redonner vie aux délaissés urbains, valoriser du foncier, végétaliser les villes etc.

Des acteurs engagés et diversifiés !

L’AFAUP rassemble fin 2018 plus de 80 structures professionnelles actrices du développement de l’agriculture urbaine (AU) sur le territoire français et outre-mer. Elle accepte les consultants en agriculture urbaine, les fournisseurs de matériels dédiés au jardinage et à l’horticulture urbaine, les exploitants agricoles en ville, des animateurs de jardins, les porteurs de projets créateurs de lien social, à vocation pédagogique, les concepteurs de paysages comestibles, les acteurs de la valorisation des déchets organiques etc. Tous revendiquent la multi-activité. En quelques chiffres , l’AFAUP représente 1600 emplois, 400 sites dédiés à l’AU (hors jardins collectifs) et 44 hectares de surface. Pour adhérer, il est nécessaire de dédier 50% de ses activités à l’AU et de générer au moins un emploi. L’association réunit des structures de statuts divers : associations, SARL, EU, SCOP, etc., pratiquant des techniques « low-tech » et « high-tech ».

microferme urbaine

La dynamique de l’AFAUP repose sur une organisation en collèges. Au regard de ses compétences, des problématiques auquel il est confronté ; chaque adhérent s’inscrit dans un collège pour lequel il s’engage à donner de son temps. Six collèges sont ainsi dénommés : Juridique, Parties prenantes, Communication, Groupement d’achats, Recherche & Développement et Rayonnement territorial. La volonté de l’association est de faire avec les adhérents, pour les adhérents. Une animatrice salariée à mi-temps assure le bon fonctionnement de l’association. L’AFAUP privilégie les temps d’échanges et de discussion dans une ambiance conviviale de manière à apprendre des autres sans a priori et au-delà des idéologies.

Le principal challenge actuellement est de gagner de la légitimité en région pour que le « P » de « Professionnels » ne devienne pas le P de « Parisiens ». Dans l’objectif de créer de la connaissance pour asseoir sa légitimité, elle veille également à ce que les agricultures urbaines soutiennent et collaborent avec le monde agricole dans sa diversité.

Des actions pour fédérer, communiquer et accompagner.

L’AFAUP fait deux grands constats : les projets d’agricultures urbaines sont de plus en plus présents dans des projets d’aménagement, sans que les modèles ne soient encore stabilisés sur le plan économique, et parfois même sur le plan juridique. Pour que l’agriculture urbaine, devienne un « outil durable » pour les aménagements de demain, et qu’ils deviennent une réalité, il nous faut encore capitaliser, analyser et apporter des dispositifs concrets pour résoudre les nombreuses inconnues. En voici quelques exemples :

Afin de faire connaitre les professionnels de l’agriculture urbaine, l’AFAUP a créé son propre annuaire de professionnels : plus de 60 structures représentées et 200 initiatives illustrées !

Pour comprendre la réalité économique et juridique des « nouvelles formes d’agricultures », l’AFAUP a lancé cette année une grande enquête nationale en partenariat avec le MSA, Science Po, Miimosa, le pôle Abiosol, les Points d’Accueil Installation, les Jeunes Agriculteurs, la DRIAAF et des juristes spécialistes des questions agricoles. Les objectifs majeurs de l’enquête sont de continuer à dialoguer avec les organismes agricoles, d’éclaircir le statut des activités agricoles en ville et de faire valoir des droits pour l’agriculture urbaine. Les aspects juridiques sont complexes et contribuent à alimenter la discussion générale sur la transition agricole en France.

Afin que les parties prenantes des projets (propriétaires, collectivités, architectes, urbanistes etc.) et les professionnels de l’AFAUP puissent s’engager sereinement, l’AFAUP donne accès à une charte de bonnes pratiques disponible sur son site internet.

Pour abattre les clichés sur l’agriculture urbaine et faire connaitre la dynamique de nos adhérents, nous avons réalisé une vidéo.

Afin de créer de la connaissance pour l’intérêt général de l’agriculture urbaine, l’AFAUP rédige des fiches techniques. Par exemple, elle a travaillé pour la Ville de Rennes sur les différents baux envisageables pour des projets d’agriculture urbaine, selon la localisation du projet et le niveau de redevance (disponible au printemps 2019 sur notre site internet).

Pour que nos adhérents puissent être tenus au courant des actualités de l’association et de l’agriculture urbaine, en France et dans le monde, l’AFAUP organise quatre ateliers chaque année (avec des tables rondes, débats etc. avec acteurs de la ville et du monde agricole) et rédige une Lettre d’Information mensuelle.

Enfin, notre conviction est que l’AU doit être connectée au monde agricole, d’ailleurs l’AFAUP sera présente au Salon International de l’Agriculture (SIA) (Pavillon 2.2), pour faire découvrir l’agriculture urbaine à tous les publics, ses métiers, ses techniques et ses valeurs.

RDV à partir du 23 février au SIA 2019, Porte de Versailles, Paris.

-----

[1] Anne-Cécile Daniel, Grégoire Bleu, Simon Ronceray, Guillaume Morel-Chevillet et Marion Sarlé.

[2] La ville de Paris lançait la même année un grand appel à projet « les Parisculteurs » afin de développer de l’agriculture urbaine sur ses toitures et façades. Les organisations agricoles tardaient également à s’approprier la thématique.

[3] Source AFAUP janvier 2018.

[4] Mission financée par la Ville de Rennes, partenaire de l’AFAUP.

Modéré par : Clément Gaillard

Autres actualités dans "Information"

Le BIM permet-il d’optimiser sa rentabilité ?

Publié le 23 sept. 2019 - 18:01

Les théoriciens de la construction ne jurent que par le BIM. Cet acronyme qui est sur toutes les bouches apparaît comme une révolution dans l’univers du bâtiment. Considéré comme l’élément central de la digitalisation du secteur du (...)

La collecte des urines : préfiguration du futur quartier

Publié le 23 sept. 2019 - 10:19

Sur le site du projet Saint-Vincent-de-Paul, les Grands Voisins et Paris & Métropole Aménagement testent un projet innovant de collecte et de réutilisation des urines féminines. Louise Raguet, diplômée de l’ENSCI-Les Ateliers, (...)

Le Cerema contribue à l’élaboration de la « RC tertiaire »

Publié le 23 sept. 2019 - 09:31

Le Cerema apporte son expertise auprès du ministère dans les actions de concertation auprès des professionnels pour l’élaboration de la réglementation sur la réduction des consommations du secteur tertiaire dite « RC tertiaire»  Le (...)


Commentaires





Recherchez parmi les Actus

Entrez votre propre mot-clé



Autres actualités



Catégories


Articles les plus lus