#24 Le contexte de l’église de Nianing

Situé dans une petite bourgade de 6500 habitants, l’église de Nianing est une des plus célèbres du Sénégal. Ce bâtiment biomimétique en forme de coquillage s’inspire des termitières pour préserver les fidèles de la chaleur. Retrouvez l’étude de cas de l’église de Nianing qui a participé aux Green Solutions Awards 2019, dans la catégorie climats chauds.

Le village de Nianing dispose d’un climat chaud et sec tout au long de l’année avec une température moyenne de 26.3 °C. Les messes et cérémonies ayant lieu en journée (où la température est maximale) et accueillant des centaines de personnes : il était fondamental que le maître d’œuvre prenne en considération le confort thermique des usagers de cet édifice religieux.
Situé sur la côte, au sud de Dakar, ce projet s’est engagé à suivre une démarche de développement durable afin de préserver le caractère authentique et local de cette petite commune. Aucun système de climatisation n’a été installé et l’église repose totalement sur la ventilation passive.
Afin de faire écho à la particularité régionale de la « côte aux coquillages » qui borde Nianing, l’architecte s’est inspiré d’un cymbium, coquillage en forme de spirale très répandu sur le littoral sénégalais : « cette forme a été ensuite architecturée selon les contraintes constructives du programme et l’orientation bioclimatique optimale. Mais ce choix est la base pour l’esthétique ». Mais la réelle inspiration biomimétique provient des termitières, situées à quelques centaines de mètres de l’édifice. En effet, la plupart des termites vivent dans des zones très chaudes, où la température peut dépasser les 40 ou les 50°C le jour et être inférieur à 0°C la nuit. Cependant, les termites, dans leurs monticules de terre, arrivent, par un moyen de ventilation très efficace, à avoir une température constante d’environ 27°C !

La démarche biomimétique

Le secret de cette ventilation réside principalement dans les hautes cheminées centrales : du fait de sa densité, l’air chaud est attiré vers le haut de la termitière et est évacué par ces cheminées. Ce phénomène entraine un courant d’air dans les parties basses du nid : l’air est aspiré par ces parties inférieures grâce à des petits trous situés tout autour. « Comprendre le fonctionnement de ces tours bioclimatiques ne peut donc qu'aider à améliorer la conception de bâtiments passifs, dépourvus de climatisation énergivore. » C’est à partir de là que la forme très particulière du clocher a été définie par l’architecte.


Schéma de la régulation de la température d'une termitière.

« Le clocher est la forme caractéristique d’une église. Mais c’est paradoxalement une forme généralement visible depuis l’extérieure de l’édifice uniquement. La plupart des clochers d’église et cathédrale sont invisible depuis l’intérieur. Ce paradoxe tire très certainement son explication du caractère fonctionnel du clocher qui était à l’origine séparé du corps de l’édifice tel le campanile de la cathédrale Saint Marc à Venise. A Nianing, le clocher n’est plus une simple tour-signal faisant sonner les cloches dans le paysage. C’est tout l’édifice de l’église qui devient cloche, s’élançant vers le ciel selon une double dimension fonctionnelle et transcendantale. » Le clocher culmine à près de 40 m sous une croix métallique de 8 m. Cette dernière joue à la fois un rôle de signal et de cheminée de ventilation. Au fur et à mesure de la journée, l’air chauffé au niveau du sol effectue un mouvement ascensionnel par convection naturelle (différentielle de densité) et est rejeté vers l’extérieur, ce qui augmente le sentiment de confort thermique.
Une autre cheminée est orientée face au vent dominant et sert à intégrer l’air frais de l’extérieur vers l’édifice par tirage thermique. Se trouvant à une altitude suffisamment élevée pour capter le vent des alizés provenant de l’ouest, cette cheminée facilite la ventilation nocturne, qui permet à l’église d’être suffisamment fraiche le matin et en début de journée. Ces vents sont également utiles pour la qualité de l’air intérieure du bâti puisqu’ils sont déchargés de poussières.



Schéma montrant les flux de vents de l’église, similaires aux flux de termitières



Modéré par : Alice Dupuy

Autres actualités dans "Information"

Themis : Un outil de monitoring en temps réel pour analyser le comportement énergétique et thermique des bâtiments

Publié le 20 sept. 2019 - 11:03

Dès 2016 le laboratoire de Clermont Ferrand du CEREMA a cherché à intégrer l’internet des objets dans les opérations d’instrumentation des bâtiments. Ces travaux qui ont duré environ deux ans ont abouti à la conception d’un produit (...)

«L’Afrique représente-elle le futur des territoires pour le reste du monde ?» par Stéphan-Eloïse Gras

Publié le 20 sept. 2019 - 10:21

Alors que la planète brûle, impossible de ne pas se demander où et quels sont les futur.s. des territoires durables. Où trouver des innovations au service de territoires inclusifs et résilients, peu consommatrices de ressources et (...)

Un futur où rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme 

Publié le 20 sept. 2019 - 10:09

Selon la Banque Mondiale, l’Afrique subsaharienne a généré 174 millions de tonnes de déchets en 2016 et devrait en produire trois fois plus en 2050. Dans un paysage de poubelles saturées, se pose la question de la gestion des déchets (...)


Commentaires





Recherchez parmi les Actus

Entrez votre propre mot-clé



Autres actualités



Catégories


Articles les plus lus