Pénurie d’eau, même sous la pluie; les conséquences du réchauffement climatique en Belgique

Pénurie d’eau, même sous la pluie; les conséquences du réchauffement climatique en Belgique

Passée inaperçue, car encore peu connue, en décembre a eu lieu la Journée mondiale du climat, aussi connue sous le nom de journée mondiale contre le changement climatique à l’initiative de plusieurs associations de France et de Belgique. L’occasion de rappeler la menace bien réelle du réchauffement climatique et la nécessité d’agir pour en limiter les effets. Bien que la Belgique soit perçue comme un pays pluvieux, la région ne sera pas épargnée par les conséquences du réchauffement climatique.

Changement climatique : 

Bien que l’espace public semble saturé par des annonces alarmistes, il est nécessaire de prendre conscience de notre impact sur le climat.
Ce qui change aujourd’hui par rapport aux habituelles alternances climatiques que connaît la planète est l’accroissement de la puissance d’action de l’homme tout au long du siècle dernier. L’influence humaine sur le système climatique est scientifiquement indéniable, elle se manifeste par un changement rapide et à grande échelle généralement visible sur des phénomènes climatiques extrêmes.

Changement climatique et eau :

Les changements climatiques mettent en péril notre ressource la plus précieuse : l’eau.

D’après le site du climat belge ces changements climatiques auront les effets suivants:

  • Une importante réduction des eaux de surface renouvelables et des ressources en eau souterraines au Sud, ce qui viendra accroître la concurrence entre les secteurs pour l’eau, tandis que les ressources en eau augmenteront dans les pays du Nord
  • Un déclin de la disponibilité en eau, du fait de la diminution du volume d’eau stocké dans les glaciers et la couverture neigeuse
  • Une réduction de la qualité de l’eau
  • Elévation du niveau de la mer augmentant les risques de submersion, d’inondation et d’érosion sur les zones côtières 

La sévérité et la fréquence des sécheresses semblent avoir augmenté dans certaines parties de l'Europe, en particulier en Europe du Sud. L’Europe du Sud est la région la plus touchée par ses sécheresses dont l’intensité ne semble qu’augmenter.

 

La situation Belge:

Une  carte publiée par le World Ressources Institute (WRI) en 2019 classifie la Belgique comme étant à risque de stress hydrique. Se plaçant à la 23e place des pays les plus à risque dans le classement mondial et quatrième européenne, devant l’Espagne, l’Italie ou la Grèce. La Flandre est même cataloguée comme étant en “risque de pénurie extrême”, la seule en Europe occidentale.

Ces résultats surprenants peuvent être expliqués du fait du faible volume d'eau disponible dans les réserves d’eau belges. Contrairement au reste du continent européen, la Belgique dépend majoritairement de ses précipitations et consomme 25% de ses ressources renouvelables en eau chaque année. Le manque de réserves naturelles combiné au recul des précipitations et au réchauffement climatique placent la Belgique dans une situation de risque. 

Ce qui se traduit également par l’augmentation prévue du tarif de l’eau de 15% en 2022. Brugel, régulateur indépendant, et Vivaqua, fournisseur d’eau, travaillaient depuis 2018 sur une objectivation des coûts de Vivaqua afin de proposer des tarifs reflétant le véritable coût de l’eau, et des services que rend Vivaqua en région bruxelloise.

Le nombre des sécheresses ne fera qu’augmenter dans les prochaines années mais il n’est pas trop tard pour mettre en œuvre des mesures d’adaptation en prévision. Pour endiguer les effets du réchauffement climatique nous devons engager un pari technologique et/ ou une révolution sociétale. Les mesures et régulations actuelles ne paraissent plus suffisantes dans l’urgence climatique.

Face à la nouvelle gestion de l’eau requise dans ce contexte, Shayp se positionne en tant qu’expert sur la gestion durable de l’eau. Après avoir observé quotidiennement le gaspillage de l’eau dans le secteur immobilier nous pouvons utiliser notre expertise pour le contrôle de la gestion de l’eau. Notre mission est de préserver l’eau et d'atténuer les risques de pénuries. Depuis la commercialisation de notre solution nous avons pu sauver 1 milliard de litres d’eau et œuvrons à sauver 100 milliard de litres d’eau dans les trois prochaines années.

Contactez-nous pour en savoir plus.


 

 eau
 pénuries
 réchauffement climatique

Auteur de la page


  • Autres actualités

    Plus d'articles

    Sur les mêmes thèmes

     eau
     pénuries
     réchauffement climatique