L'étude hydrologique pour l'assainissement individuel

Rédigé par
Lisiane Gille

Responsable en communication

2680 Belgique - Dernière modification le 14/03/2023 - 11:12
L'étude hydrologique pour l'assainissement individuel

L’étude hydrologique pour l’assainissement individuel est une étude complète du sous-sol, mise en place pour vérifier la conductivité hydraulique. En effet, le code de l’eau impose, en Wallonie, de prioriser la gestion des eaux pluviales par infiltration.

Par ailleurs, l’évolution quotidienne et la variation des systèmes d’assainissement dues à des contraintes géologiques nous amènent à adapter cette étude en fonction de la lithologie du sol.

L’étude hydrologique est réalisée en plusieurs étapes bien précises étant les suivantes :

1. L’essai de Porchet

Tout d’abord, nous vérifions la perméabilité du sol par la méthode de Porchet et nous validons les systèmes les moins couteux afin de déterminer les capacités d’infiltrations en surface. Dès lors, des résultats concluants pourront confirmer la pose de tranchées drainantes ou de bassins infiltrant de faibles dimensions.

2. La description lithologique du sol par le pénétromètre statique

Après la méthode de Porchet, nous utilisons le pénétromètre statique, muni d’un piézocône, étant idéal pour la description précise de la lithologie du sol. Celui-ci définira, en effet, si le sol est sableux ou argileux. Dans le cas où le sol sera argileux, l’infiltration devra être évitée. En plus d’étudier la perméabilité en profondeur, le piézocône aura l’avantage de déterminer la conductivité hydraulique des sols saturés par l’essai de dissipation.

3. La tomographie

Nous effectuons, ensuite, une étude tomographique électrique (une méthode faisant circuler un courant électrique dans le sol et permettant de calculer la résistivité) afin de déceler les states sablonneuses ainsi que les fissures dans les roches. Cet essai permettra notamment de réaliser une coupe précise en 2D et de visualiser directement les zones favorables à l’infiltration. Lorsque les surfaces imperméabilisées sont considérables, la solution s’oriente généralement vers un puit à très grande profondeur.

4. Le forage descriptif

Nous réalisons également le forage descriptif permettant d’identifier directement la nature du sol par l’extraction des terres. En effet, le sable, les limons et les argiles sont caractérisés ainsi que leurs densités. Nous pouvons donc réaliser, à la profondeur souhaitée et en fonction de l’analyse, un essai d’infiltration dans le trou effectué par la pose d’un tubage crépiné que l’on nomme piézométrique. Cette technique est souvent complémentaire à la tomographie électrique détectant les zones cohérentes à l’infiltration.

5. La méthode d’essai MATSUO

Toutefois, dans le cas où la roche se situe à faible profondeur, l’essai ponctuel de Porchet n’est pas représentatif de la réalité. En effet, il est nécessaire de travailler sur une superficie plus grande et d’effectuer le terrassement d’une zone pour comprendre le niveau d’altération de la roche en surface. Dans ce cas, nous appliquerons la méthode d’essai Matsuo étant la plus cohérente afin de faire varier la charge hydraulique. Les résultats de cet essai conviennent également pour déterminer la faisabilité réelle des tranchées drainantes ou, dans les cas les plus complexes, pour favoriser l’évaporation naturelle moyennant une noue d’infiltration.

Partager :