groups:forumpages:groupgroups:fileevent_calendar:groupbookmarks:group

En Europe, les bâtiments sont responsables de 40 % des consommations d’énergie et de 36 % des émissions de CO2. En Wallonie, la plupart des bâtiments publics sont anciens et la grande majorité d’entre eux ont été construits avant la première réglementation thermique wallonne. De ce fait, ils sont peu ou pas isolés et leurs installations techniques sont peu performantes. Par ailleurs, les taux de rénovation sont faibles et il importe de les accélérer en vue de respecter l’objectif de réduction de 80 à 95 % des émissions de gaz à effet de serre en 2050, que s’est fixé l’Union européenne mais aussi la Wallonie au travers de son décret Climat.

Afin d’aider les entités publiques à relever ce défi, l’Union des Villes et Communes de Wallonie organisait le 30 Novembre 2018 une journée sur la performance énergétique des bâtiments. Plusieurs sujets étaient à l’honneur dont le programme RenoWatt lancé par la Région wallone ainsi que les réseaux de chaleur. Deux partenaires du projet HeatNet NWE, CAP Construction et Mijnwater BV, étaient présents pour apporter leur éclairage sur le développement des réseaux de chaleur 4ème génération.

Le projet pilote de la ville d’Heerlen a notamment était présenté en détail. Il s’agit d’une infrastructure innovante basé sur un réseau de distribution basse température connecté à des anciennes mines inondées.  Celui-ci permet la production de chaleur et de froid grâce à des pompes à chaleur, la récupération de chaleur fatale et le stockage d’énergie afin d’alimenter des bâtiments basse consommation. Le système est entièrement contrôlé de manière automatique et basé sur la demande d’énergie en temps réel.


file:download