20 appartements en logement public à très haute performance énergétique

Construction Neuve

  • Type de bâtiment : Logement collectif > 50m
  • Année de construction : 2013
  • Année de livraison : 2014
  • Adresse : 1410 WATERLOO, Belgique
  • Zone climatique : [Cfb] Océanique hiver tempéré, été chaud, pas de saison sèche

  • Surface nette : 3 200 m2
  • Coût de construction : 3 100 000 €
  • Coût/m² : 968.75 €/m2

Proposé par :

  • Consommation d’énergie primaire :
    10 kWhep/m2.an
    (Méthode de calcul : RT 2012 )
Consommation énergétique
Bâtiment économeBâtiment
< 50A
A
51 à 90B
B
91 à 150C
C
151 à 230D
D
231 à 330E
E
331 à 450F
F
> 450G
G
Bâtiment énergivore

​ 20 logements publics à très haute performance énergétique  : Waterloo, la bataille gagnée du passif économique de qualité. Un premier bâtiment de logement public sans chauffage conventionnel à coût parfaitement maîtrisé.

Un immeuble de vingt appartements au centre de Waterloo aux performances énergétiques flirtant avec le passif… Cela n’aurait rien d’exceptionnel si le projet visait un marché haut-de-gamme. Or,il s’agit de logements publics initiés par la Commune de Waterloo et la régie foncière autonome du Brabant wallon. L’enjeu est de rendre le logement accessible tant au niveau économique qu’énergétique.

La particularité est que cet ensemble de logement public rencontre les véritables enjeux des promoteurs du passif. Construire des logements tellement performants que le besoin en chauffage conventionnel n’est plus nécessaire. Concevoir des logements où l’investissement sur l’enveloppe opéré une fois, permet de s’affranchir de l’essentiel de la charge mensuelle énergétique, source de précarité.

La particularité de ce projet réside dans la maîtrise budgétaire. L’enveloppe budgétaire définie à l’origine a été parfaitement respectée... mais en offrant en plus les meilleures performances énergétiques. La démonstration proposée au maître de l’ouvrage public est d’étudier une réponse à l’accessibilité au logement, tant au niveau mobilité, économique qu’énergétique. Il s’agit d’un exemple unique, puisque les coûts initiaux restent en-deçà des 997€/m² htva et frais.

Nous parlons d’appartementsfinalisés, peints et équipés de cuisine. La très haute performance énergétiquese mesure par des appartements dont certains ont des besoins nets en énergiemoins de 5 à 10 fois des valeurs recommandées pour la certification passive.

En définitive, le chantier se soldeavec seulement 3% d’ajustement budgétaire. Le projet reste au final inférieurde 7% de l’estimation de l’architecte. Le monde à l’envers.

Du choix visionnaire des autorités publiques

Soulignons la clairvoyance desédiles politiques, Mathieu Michel, Serge Kubla, et Etienne Verdin enparticulier de rencontrer ces enjeux pertinent du développement durable et deles avoir soutenu là où c’est une première en logement public.

A l’origine du projet, un partenariat unique entre la régie foncière du Brabant wallon, piloté par Mathieu Michel et Etienne Verdin, président du CPAS de Waterloo.

Au départ, la demande de Serge Kubla, le maïeur de Waterloo, est d’inviter les architectes à concevoir un bâtiment “classe” et “joli” sans être classique pour autant. L’esthétiqueimporte, et la qualité doit être à la mesure des commerces et des habitants deWaterloo. De plus, il convenait de s’intégrer avec les bâtiments classés du centre de Waterloo comme le musée Wellington.

De la parfaite collaboration maîtrise d’œuvre-maîtrise d’ouvrage

Les architectes ne le diront jamais assez : la réussite d’un projet dépend uniquement de la bonne compréhension entre les donneurs d’ordre et les auteurs de projet. Ici en particulier, la collaboration fut exemplaire, autant avec les politiques qu’avec les services communaux ou de la régie foncière. Remercions en particulier Laurent Weytens et Gaëtan Desondre.

De l’excellence en construction, timing et qualité

L’association momentanée des entreprises Jacques Delens et Lixon ont été une autre clef de la réussite. Un travail constructif autant dans l’esprit que dans la réalisation, à l’écoute des astuces pour rencontrer la meilleure performance dans un coût maîtrisé, des discussions qui pouvaient paraître interminables de détails de châssis pour obtenir l’excellence et générer fierté à tous les hommes qui travaillaient sur le chantier (parfois plus de 50 personnes)... cela malgré la difficulté initiale avec les régies, un chantier étonnamment court (6 mois) pour limiter la gêne au niveau des riverains.

De l’architecture luxueuse sans luxure

La conception du bureau Coupez architectes a privilégié les matériaux nobles (pierre bleue, châssis bois-alu,acier…) et des matériaux de haute robustesse pensés dans la durée de la location (hourdis béton, châssis non tombant, groupes double flux indépendant,etc).

Malgré la volonté de maintenir des loyers à caractère modéré assorti de charge énergétique très basse - les loyers se situent 20% sous le marché local - les appartements jouissent de techniques performantes et d’une architecture soignée. Chaque appartement bénéficie ains id’une pièce de vie ouverte incluant cuisine, salle à manger et salon, le tout noyé de lumière.

Pour garantir des performancesénergétiques élevées, l’immeuble se caractérise par ses couloirs de circulationen plein air (incluant l’un des deux ascenseurs). Des passerelles métalliquesajourées constituent la structure en acier galvanisé et l’habillage en tôlethermo laquée. « Ces communs extérieurs constituent un excellent calcul auniveau énergétique, observe l’architecte. En effet, il est très complexed’isoler thermiquement les cages d’escalier et les couloirs. Il s’agit doncd’une solution idéale lorsque l’on vise la basse énergie ». C’est une solution économique.

Du passif raisonné pour une maîtrise des coûts de construction comme d’occupation

Le bureau Coupez a signé plusieursbâtiments privés certifiés passifs. Il est auteur de nombreux projets publics àtrès haute performance énergétique en rénovation comme en neuf. Il pense qu’ilest plus raisonnable de se centrer sur l’enjeu de l’accessibilité économiqueque sur le tout au passif. Joël Coupez est pilote de la feuille de route de larégion wallonne GGO4 pour l’Union wallonne des Architectes. Il plaide pour unretour au bon sens et à la conception accessible et soutenable. Il est aussi levice-président de l’UWA (l’Union Wallonne des Architectes) et past-président ducluster reconnu Cap2020, actif en matière de développement durable etd’énergie. Le cluster Cap2020 est une plate forme réunissant les prescripteurs(architectes, bureaux d’études, auditeurs), les constructeurs et producteurs de matériaux vise à créer des synergies et à trouver des solutions plus accessibles en termes de développement durable.

De la démarche sociale de logements publics sans chauffage

Conscient de l’importance que revêtdans les ménages et ceux plus précarisé du loyer énergétique, Etienne Verdin a directement embrayé lorsqu’il s’agissait de réaliser un bâtiment exceptionnel...aussi pour sa faible consommation énergétique.

Une séance d’information à ce sujet devrait être organisée avec les futurs locataires afin de leur expliquer comment occuper un logement très basse énergie ».

De l’étanchéité à l’air aux exigences PEB

Les valeurs PEB évoluent d’un appartement à l’autre, des valeurs K de 12 à 18 (jusqu’à 4 fois mieux que la norme actuelle). Le calcul PEB n’est pas conçu pour des valeurs aussi bonnes et reste défavorable voir non significatif pour des petites unités d’environ 60m2. Les enjeux de la bonne occupation des lieux seront prédominants.

Certains appartements dépassent lesstandards du passif. Nous n’avons pas cherché à les certifier, ce n’est pas lepropos. L’objectif est de retrouver l’esprit initial du passif dans un budget accessible. Et cela c’est une première en logement public.

Les architectes et l’entreprise ontmesuré l’étanchéité obtenue, qui rencontrait les prévisions de l’auteur deprojet. L’option a été de faire simple en évitant de multiplier des membranesautocollantes dont personne ne connaît la durée dans le temps. Sur chantier,75% des fuites mesurées se dirigeaient vers un local chauffé...ce qui rend ledébat inutile. Soulignons, qu’en Allemagne, le blowerdoor test s’entend pour tout le bâtiment et pas par unité d’habitation.

Du passif en bon père de famille

Pour atteindre ses objectifsénergétiques, le bâtiment a été enveloppé de 30 cm d’isolant extérieur enpolystyrène expansé graffité recouvert d’enduit. « Nous avons également dotéchaque appartement d’un triple vitrage dont les châssis en alu-bois dépassentles performances attendues. En effet, l’aluminium ne nécessite aucun entretienà l’extérieur, tandis que le bois intérieur est très performanténergétiquement, en plus de son aspect esthétique et chaleureux ». Des panneauxsolaires sous vide en toiture, chaque appartement est équipé de ventilationmécanique contrôlée à double flux et récupération de chaleur. Pour l’ensemble,seule une petite chaudière à condensation de 25-60 kWh complète ce tableau trèsvert. Certains appartements situés au centre de l’immeuble ne consommeront quel’équivalent 1,2 kWh par m²/an, alors que la barre du passif est de 15kWh/m² an(calcul PHPP), 10 fois plus.

De la préfabrication à tous les étages

Une des grandes leçons de cechantier est l’intégration de la dimension sociale du travail. En effet, tousles éléments de gros œuvre ont fait l’objet de préfabrication, pas tant pourgagner temps et argent, mais plus pour donner une cadre de travail meilleurpour les ouvriers en atelier et de meilleurs contrôles qualités.

Les murs en blocs silico-calcaires grand format ont été prédécoupé et numérotés, les hourdis préfabriqués, les châssis plus classiques, etc...

De la conception “low tech, high performance”

« Ce secteur en pleine évolutionbouge encore énormément, que ce soit en termes de solutions techniques stablesou de performances thermiques, analyse l’architecte Joël Coupez. Le coût du purpassif est encore trop élevé pour la majorité des ménages et n’est pas toujoursle meilleur conseil. Souvent nous allons plus loin, plus simple sans être desayatollahs. Il y a donc lieu de réfléchir à de nouvelles issues, commearchitecte et ingénieur, trouver les solutions les plus créatives. Pour rendre le logement accessible économiquement et dans la durée, il faut en revenir à des conceptions de bon sens, du low tech pour faire de la haute performance.

Il est inscrit au bureau Coupez sur le mur la phrase de Jean Cocteau : Il faut faire aujourd’hui ce que tout le monde fera demain ».

Un dessin d’exception, un ambitieuxdessein, qui permettra à chacun d’accéder et de rentrer dans la révolutionénergétique, en toute sérénité…

Auteur de projet : Architecture,stabilité, technique spéciale, PEB

Bureau Coupez et AssociésArchitectes sc sprl. Rue Gaston Bary 58 à 1310 La Hulpe. Tél. : 02 652 18 17 info@bureaucoupez.be www.bureaucoupez.be

Plus de détails sur ce projet

 http://www.bureaucoupez.be

Fiabilité des données

Auto-déclaration

https://www.construction21.org/belgique/data/sources/users/3/exportbe-be-1-0-1--0compiled.xls

Intervenants

    Maître d'ouvrage

    Régie Froncière Provinciale autonome


    Architecte

    Bureau Coupez et Associés Architectes

    Joel Coupez

Mode contractuel

Contractant général

Opinion des occupants

haute satisfaction mesurée dans le processus qualité Construction Quality (Belgium)

Consommation énergétique

  • 10,00 kWhep/m2.an
  • 350,00 kWhep/m2.an
  • RT 2012

  • 70,00 kWhef/m2.an
  • voir dossier PEB

Performance énergétique de l'enveloppe

Consommation réelle (énergie finale)

    2 015

Systèmes

Analyse du Cycle de Vie :

    Nous avons employé de la ouate de cellulose (Isoproc) en insufflation 30cm en toiture. Panneaux de fibre de bois 10cm Homatherm.En cave, laine de bois et panneaux de fibre bois et ciment comme isolant et finition. Pierre bleue belge très bio-sourcée.Béton avec toute la démarche récupération d’énergie (75%), recyclage des agrégats et recyclabilité.

Solution

    Silico calcaire

    Xella

    Xella BE Kruibeeksesteenweg 24 2070 Burcht Belgique Tél: +32 (0)3 250 47 00 Fax: +32 (0)3 250 47 06

    Gros œuvre / Structure, maçonnerie, façade

    • excellente isolation acoustique• propriétés respirantes• accumulation de chaleur• insensible à l'humidité et aux moisissures• respectueux de l'environnement• durable

    Très bien


    Pierre du Hainaut

    Carrière du hainaut

    Rue du Cognebeau 245. B-7060 Soignies.

    Second œuvre / Peinture, revêtements muraux

    La pierre du Hainaut est un produit naturel, en respect avec l'environnement.

    Très bien

Environnement urbain

Dans les proches environs, on peut retrouver: la maison du tourisme, une église, un musée, des commerces et des établissements de restauration.

  • ​Prix maîtrisé et accessible 995€/m² htva, hors honoraires et abords pour une construction de qualité à très haute performance énergétique
  • Performance énergétique de certains appartements dépassant le standard passif à partir de 7 kwh/m²an
  • Matériaux bio-sourcés en isolant de toiture, caves, silicocalcaire pour parois porteuses verticales et béton avec haut niveau de recyclage pour les dalles préfabriqués, pierre bleue belge
  • Attention soutenue à la maintenance et la durabilité
  • Pas de chauffage conventionnel, système double flux avec caisson récupérateur de chaleur, chaudière unique à condensation pour ECS et panneaux solaires thermiques sous vide
  • Batiment conçu à énergie positive mais sans PV commandé en chantier

Catégories du concours

Matériaux bio-sourcés et recyclés

Matériaux bio-sourcés et recyclés

Bâtiment zéro énergie

Bâtiment zéro énergie

Green Building Solutions Awards 2015


Auteur de la page

  • Joël Coupez

    Gérant, ir. Architecte

    Suivre

  • Autres études de cas

    Plus

    Concours

    Green Building Solutions Awards 2015