Nexity parle d'agriculture urbaine au salon Jardins jardin

Nexity parle d'agriculture urbaine au salon Jardins jardin

Marie Verrot, Chef de projet Développement Durable chez Nexity*, a présenté des réalisations de la société immobilière en faveur de l'agriculture urbaine. Elle s'exprimait lors de la table ronde animée par agri-city.info le 10 juin, après l'intervention de Carmen Cantuarias-Villessuzanne de l'ESPI*.

La chef de projet explique dans un premier temps pourquoi une société immobilière comme Nexity s'intéresse à l'agriculture urbaine. L'objectif est d'abord "de répondre aux attentes des collectivités qui s'intéressent à ce sujet et aux besoins des clients". De nombreux sondages révèlent que les citadins sont demandeurs de nature dans leur habitat et aspirent à tendre vers une certaine autonomie alimentaire. Il s'agit aussi de "donner du sens aux projets urbains mais aussi au travail des équipes en interne". Enfin, Nexity veut s'inscrire dans une démarche de développement durable et les bénéfices apportés par l'agriculture urbaine sont nombreux : nature en ville, circuits courts, résilience, solidarité et cohésion sociale...

Des exemples de réalisations inspirants.

Marie Verrot illustre par un premier projet à Romainville (93) qui a démarré en 2012 dans une cité historiquement bien pourvue en jardins familiaux. Nexity a implémenté deux toitures végétalisées avec des jardins partagés et deux modes de gestion ont été mis en place. Dans le premier cas, les propriétaires se sont vus attribuer des parcelles qu'ils ont cultivés individuellement. La production a été importante et les surplus distribués aux autres locataires. Dans le second cas, les parcelles ont été gérées de façon collective, avec la coordination du conseil syndical, et les résultats en ont été "une production agricole moins importante mais la création de davantage de liens sociaux".    
Marie Verrot poursuit en insistant sur l'importance de la phase de démarrage des projets. Refroidie par l'échec d'une première réalisation à Sartrouville (78), Nexity propose systématiquement l'intervention d'associations la première année, car les habitants ne savent pas forcément cultiver des légumes. Néanmoins dans certains cas, comme sur un projet à Saint-Ouen (93) en 2015, les habitants ont refusé ce service, "se sentant capable de s'occuper eux-même du potager", un signe fort d'appropriation.
Nexity implante aussi l'agriculture urbaine dans les entreprises. Ainsi, en 2016, au sein de la ZAC de Pantin (93), la société a installé au nouveau siège de l'agence de publicité BETC 1000 m2 d'espaces végétalisés en toiture. Et elle le fait aussi pour ses salariés puisque 230 m2 de toiture ont été aménagées sur les terrasses du Nexity Lab à Paris, par l'entreprise d'agriculture urbaine Sous les Fraises. Ici, l'espace constitue davantage un lieu de nature et de détente qu'un lieu de production.  
Marie Verrot conclu en mettant en avant l'ancienneté des projets et le recul acquis par les équipes de Nexity en matière d'agriculture urbaine. "Il s'agit bien d'un levier du vivre ensemble qui peut changer le regard entre l'acquéreur et le promoteur et qui créé un lien positif entre voisins". 

Des sujets qui soulèvent de nombreuses questions.

La question de la gouvernance des biens communs est mise sur la table. Carmen Cantuarias-Villessuzanne défend l'intérêt d'une réflexion multi-acteurs et la nécessité de créer une gouvernance adaptée. "L'agriculture urbaine ne relève pas d'un seul ministère et intéresse aussi bien l'agriculture que le logement et la transition écologique". La cartographie des lauréats de l'appel à projet "les Parisculteurs" en est une bonne illustration. Elle révèle une sur-représentation des projets dans le nord-est de Paris où les enjeux sociaux sont importants. Carmen rappelle que "l'accompagnement public mais aussi associatif de toutes ces initiatives est important pour éviter le risque d'une gentrification et d'une réduction de l'espace public". Autre sujet évoqué, l'enjeu d'éduquer dès le plus âge sur l'importance de la nature et de l'alimentation. Le développement croissant des projets de potagers et de végétalisation dans les cours d'école est révélateur d'une certaine prise de conscience. Et se de rappeler toujours que "plus on est éloigné de la nature, moins on est enclin à la préserver"...     

 agriculture urbaine
 immobilier

Auteur de la page

  • Claire NIONCEL

    Journaliste

  • Dernière modification de l'auteur le 13/07/2022 - 18:18

    Autres actualités

    Plus d'articles

    Sur les mêmes thèmes

     agriculture urbaine
     immobilier