L'isolant issu de bouteilles plastiques

Il n'est pas du tout "naturel" et pourtant il est écolo !

Commercialisé depuis 2010, l'isolant en provenance de PET recyclé n'a pas tardé à conquérir les rayons des magasins de matériaux. Il était temps. 

La production mondiale de bouteilles plastiques dépasse les 200 milliards de bouteilles, dont 75 % ne sont pas recyclées*. Ce n'est pas une fatalité – la Suisse par exemple, réussit à reconvertir pratiquement la totalité des emballages bouteilles. En France, le taux de recyclage se hisse à 45 %, avec une progression chaque année. 

Il est pourtant dommage de brûler ou d'enfouir les 55 % qui restent, car le plastique des bouteilles, le PET (polytéréphtalate d'éthylène) possède d'éminentes qualités. Déjà utilisé dans le secteur textile – les polaires, par exemple, mais aussi les couettes et les oreillers, les sièges automobiles), il effectue en ce moment une percée au rayon matériau d'isolation et le mouvement devrait s'accélérer. Alain Comalada, P-DG du fabricant PEG, situé près de Dieppe, prévoit ainsi une production de plusieurs milliers de tonnes/an dans les années qui viennent. 

Un succès motivé par d'authentiques qualités. Conditionné en rouleaux ou panneaux, le produit se découpe facilement, ne s'effiloche pas et n'est pas urticant. Surtout, il ne conserve pas l'humidité et ne subit pas de dégradation dans le temps. "Avec tous les tests que nous avons effectués, je peux certifier que notre produit est capable de rester 100 ans sous une toiture en conservant toutes ses qualités" affirme Alain Comalada. 

Baptisé EcoPEG, ce produit affiche une résistance thermique de 2,63 m2.k/w pour une épaisseur de 10 cm. Selon la société, l'isolant ne contient aucune matière présentant un risque sanitaire, aucun liant chimique ni substance nocive, en particulier aucun COV (composé organique volatile). EcoPEG bénéficie d'ailleurs du label OEKO TEX standard 100, un label de qualité dans le secteur textile. 

Ce plastique régénéré peut aussi être considéré comme un éco-matériau ; le recyclage d'une tonne de PET économise en effet 1 à 1,2 tonne de pétrole. Le prix est d'ailleurs comparable à celui des isolants en fibres végétales (chanvre, coton, cellulose...) et donc plus cher que la laine de verre. Mais selon Alain Comalada, la durabilité et les performances de cette solution sont à considérer comme un investissement. 

La production de l'ECoPEG est un enjeu important pour l'entreprise de 110 salariés qu'il dirige. PEG est en effet spécialisée historiquement dans la production de couettes et oreillers, issus en partie (50 %) de matériaux recyclés. Pour la petite histoire, l'ancêtre de PEG a été fondé en 1850 par un chiffonnier, qui récupérait déjà les tissus usagés pour fabriquer de la literie. 

Jean-Philippe Pié

Article publié sur Ecobat. Source :  http://blog.salon-ecobat.com/lisolant-issu-de-bouteilles-plastiques

*Cf l'étude Bottled Water, Pouring Resources Down the Drain du Earth Policy Institute 

Photo : 
Triés, lavées, les bouteilles plastiques sont ensuite transformées en fibres puis conditionnées en balles de 300 kilos, qui vont être filées, cardées et chauffées pour que le polyester se lie à lui-même et constitue cet isolant performant.


Modéré par : Véronique Pappe

Autres actualités dans "Information"

Constructions en bois : les composés organiques volatils (COV) dans le viseur

Publié le 27 mars 2017 - 09:36

Les produits de construction, de décoration et d’ameublement peuvent émettre des composés organiques volatils (COV) qui nuisent à la qualité de l’air intérieur et peuvent se révéler dangereux pour la santé. Parmi les principaux accusé (...)

«Fluvialisation» des chantiers publics: demandez le guide

Publié le 27 mars 2017 - 09:36

Comment favoriser le recours au transport par voie d’eau sur les grands chantiers publics ? Pour répondre à cette question de façon la plus précise et la plus opérationnelle possible Voies navigables de France (VNF), via sa branche (...)

Les déchets inertes de chantier sont désormais valorisés à 61 %

Publié le 27 mars 2017 - 09:36

Les entreprises du bâtiment et des travaux publics ont réutilisé ou valorisé via le recyclage ou le remblaiement de carrières, 61% des déchets inertes de leurs chantiers en 2014, contre 49% en 2008, selon une étude du Commissariat (...)


Commentaires





Recherchez parmi les Actus

Entrez votre propre mot-clé




Autres actualités



Catégories


Articles les plus lus